Les Packers et les Chiefs accèdent aux finales de conférence

<p>La victoire éclatante de Kansas City, qui était pourtant mené 24-0 au début du deuxième quart, est historique à plusieurs égards.</p>
Photo: Jeff Roberson Associated Press

La victoire éclatante de Kansas City, qui était pourtant mené 24-0 au début du deuxième quart, est historique à plusieurs égards.

Kansas City s’est brillamment qualifié dimanche pour la finale de la conférence américaine de NFL, après avoir effacé 24 points de retard contre Houston (51-31), ensuite imité par Green Bay, vainqueur de Seattle (28-23) et qui jouera la finale de la conférence nationale.

Les Chiefs affronteront dimanche prochain l’équipe surprise de ces phases finales, les Titans du Tennessee, qui ont successivement éliminé les Patriots de la Nouvelle-Angleterre de Tom Brady, tenants du titre, et les Ravens de Baltimore de Lamar Jackson, pourtant favoris dans la course au Super Bowl qui aura lieu le 2 février à Miami.

Les Packers défieront le même jour les 49ers de San Francisco, qui ont aisément disposé des Vikings du Minnesota samedi.

Spectaculaire et imprévisible par son scénario, la victoire éclatante de Kansas City, qui était pourtant mené 24-0 au début du deuxième quart, est historique à plusieurs égards.

D’abord, jamais une équipe n’avait pris l’avantage au score à la pause après avoir été mené d’au moins 24 points comme l’ont fait les Chiefs (28-24). Ensuite, avec 52 points inscrits, cette première période aura été la plus prolifique dans l’histoire des séries éliminatoires.

Cette remontée fantastique, les Chiefs la doivent surtout à deux joueurs : Patrick Mahomes et Travis Kelce. Le premier a trouvé à trois reprises le second, qui est devenu le premier joueur de l’histoire à réussir trois touchés en un seul quart dans un match de séries.

Quant à Mahomes, qui avait effectué un premier lancer décisif pour Damien Williams quelques minutes plus tôt, il est devenu le deuxième quart arrière à réussir quatre passes de touché en un seul quart, dans une rencontre à élimination directe depuis Doug Williams, lors du Super Bowl remporté par Washington en 1988.

« On n’est pas du tout entré dans le match comme on le voulait. On s’est dit : “faisons quelque chose de spécial. Tout le monde nous voit dehors. Continuons à nous battre, action après action” », a commenté le MVP de la saison passée.

En seconde période, Kansas City a enfoncé le clou par Williams, auteur de deux autres touchés à la course, avant que Mahomes ne réussisse un cinquième lancer victorieux adressé à Blake Pell.

Son rival, Deshaun Watson, a été loin de démériter, avec deux passes pour les touchés de Kenny Stills et Darren Fells dans le premier quart et un autre qu’il a réussi lui-même à la course pour ramener son équipe à dix verges (41-31) à la fin du troisième.

Green Bay tient bon

En soirée, Green Bay a débuté très fort face à Seattle, menant 21-3 à la mi-temps, grâce à un touché de Davante Adams à la réception d’une passe d’Aaron Rodgers et deux autres d’Aaron Jones à la course.

La seconde moitié a vu les Seahawks grignoter leur retard, avec deux touchés du porteur de ballon Marshawn Lynch et un troisième de Tyler Lockett sur une passe de Russell Wilson. Mais un formidable lancer, long de 40 verges, du vétéran Rodgers pour un autre touché d’Adams, a permis aux Packers de conserver assez d’avance.

Auteur d’une saison régulière mitigée, le quart arrière de 36 ans, qui rêve de remporter un deuxième Super Bowl après 2010, a été au rendez-vous, avec 243 gagnés à la passe, 16 complétées sur 27 lancées dont deux pour le touché et aucune interception.