Le Canadien bat les Panthers 5-4 en fusillade

«C’est un gars tellement intelligent, a noté Claude Julien à propos de Nick Suzuki. Chaque fois qu’il est sur la patinoire, il se produit quelque chose. C’est un joueur doué. Présentement, il a confiance en son jeu et ça paraît.»
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne «C’est un gars tellement intelligent, a noté Claude Julien à propos de Nick Suzuki. Chaque fois qu’il est sur la patinoire, il se produit quelque chose. C’est un joueur doué. Présentement, il a confiance en son jeu et ça paraît.»

Au rythme où vont les choses, Claude Julien n’aura pas des décisions faciles à prendre à la fin du camp.

Nick Suzuki a amassé deux aides en plus de faire mouche en fusillade, jeudi, aidant le Canadien à vaincre les Panthers de la Floride 5-4 et à demeurer invaincu en trois sorties lors du calendrier préparatoire.

La bonne performance de Suzuki a suivi celle de Ryan Poehling la veille, dans un gain de 4-3 du Canadien face aux Panthers à Bathurst, au Nouveau-Brunswick. « C’est assez évident que ces gars-là cognent vraiment à la porte », a dit Julien au sujet de Suzuki et Poehling.

Suzuki a décoché quatre tirs au but, a appliqué trois mises en échec et a été 7-en-13 dans le cercle des mises en jeu. « C’est un gars tellement intelligent, a noté Julien. Chaque fois qu’il est sur la patinoire, il se produit quelque chose. C’est un joueur doué. Présentement, il a confiance en son jeu et ça paraît. »

Brendan Gallagher a sonné la charge à sa première sortie en match préparatoire avec deux buts sur des passes d’Artturi Lehkonen. Jordan Weal a amassé un but et une aide, tandis que Brett Kulak a été l’autre buteur du Canadien. Shea Weber a aussi été crédité de deux aides.

Carey Price a été peu occupé et a accordé quatre buts sur 17 lancers.

Paul Byron n’est pas ressorti du vestiaire après le deuxième entracte en raison d’une blessure. Le Canadien devrait avoir plus d’informations à fournir sur son état de santé vendredi.

Owen Tippett, Anthony Greco, Jonathan Ang et Brett Connolly ont battu Price. Samuel Montembeault a effectué 42 arrêts devant le filet des Panthers.

Weal a ouvert le pointage après seulement 61 secondes de jeu. Il a contourné le défenseur Anton Stralman avant de pousser le disque du revers en direction du filet. La rondelle s’est faufilée à travers l’équipement de Montembeault pour aboutir dans l’objectif.

Les Panthers ont répliqué avec 5:18 à faire au premier vingt. Ang a remis à sa droite vers Tippett en entrée de zone. Tippett a ensuite marqué d’un tir des poignets, alors que Price a semblé être pris à contre-pied après avoir peut-être poussé trop fort pour effectuer son déplacement.

Les visiteurs ont ensuite pris les devants 3-1 grâce à deux buts en 1:13 tôt en deuxième période. Greco a profité d’un revirement de Maxim Lamarche, puis Ang a marqué son deuxième but de la soirée quand il a pu se présenter seul devant Price, qu’il a déjoué entre les jambières après une série de dribles.

Gallagher a réduit l’écart à 5:16, puis Kulak a créé l’égalité à 12:29 à la suite d’une passe de Nick Suzuki lors d’une attaque à deux contre un. Gallagher est revenu à la charge avec 4:55 à faire au deuxième engagement. Artturi Lehkonen a tenté une passe en pivotant dans le coin de la patinoire et Gallagher n’a eu qu’à dévier dans le filet. Le vétéran défenseur des Panthers Keith Yandle a raté sa couverture sur la séquence.

Connolly a relancé le débat à mi-chemin en troisième période, pendant un avantage numérique. Il a bénéficié d’une passe sur réception parfaite de Vincent Trocheck pour dévier le disque dans l’objectif.

Suzuki, Weal et Phil Varone ont toutefois clos le spectacle, en marquant tour à tour en fusillade.

Le Canadien poursuivra son calendrier préparatoire en affrontant les Sénateurs, samedi, à Ottawa.

Échos de vestiaire

Jumelé à Max Domi et Artturi Lehkonen, Brendan Gallagher n’a pas semblé rouillé à sa première sortie du camp. « C’était agréable de jouer un premier match. Ça permet de prendre confiance. C’est toujours bon de voir la rondelle rentrer dans le filet. C’est un bon départ et j’espère continuer dans cette direction. »

Jordan Weal évolue avec Nick Suzuki depuis le début du camp et admire les qualités du jeune attaquant. « Il n’est âgé que de 20 ans, mais ça ne paraît pas. On dirait plutôt que ça fait quatre ans qu’il joue chez les professionnels. Il fait bien plein de petites choses. Il défend à un très haut niveau et c’est énorme pour un jeune de réussir à faire ça. »

De son côté, Suzuki reconnaît avoir développé une belle complicité avec Weal. « Je suis très à l’aise avec lui. Nous parlons beaucoup avant les matchs et pendant les matchs. Il est un joueur avec qui il est facile de jouer. »