À la veille d’un horaire chargé, l’Impact se rapproche d’une formation complète

«Nous avons été en mesure de retrouver la plupart de nos joueurs, a déclaré l'entraîneur Wilmer Cabrera. Lorsque vous avez 24 ou 25 joueurs disponibles, ça nous rend positifs face aux six matchs qui sont devant nous.»
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne «Nous avons été en mesure de retrouver la plupart de nos joueurs, a déclaré l'entraîneur Wilmer Cabrera. Lorsque vous avez 24 ou 25 joueurs disponibles, ça nous rend positifs face aux six matchs qui sont devant nous.»

Scène inhabituelle cette saison au Centre Nutrilait : beaucoup de joueurs ont participé à l’entraînement de l’Impact de Montréal, jeudi matin. En soi, il s’agit d’une assez bonne nouvelle pour l’entraîneur-chef Wilmer Cabrera, d’abord parce que c’est le signe que certains éclopés se rapprochent d’un retour au jeu, et ensuite parce que l’équipe aura besoin de tous les outils à sa disposition au cours des deux prochaines semaines.

Parce qu’il a vu neiger et qu’il sait qu’en une seule journée, tout peut basculer, Cabrera n’a pas voulu s’avancer, par exemple, sur les chances d’un retour au jeu d’Ignacio Piatti samedi soir au stade Saputo contre le FC Cincinnati. Ni sur celles de voir le défenseur central Rod Fanni sauter dans la mêlée pour la première fois depuis que l’organisation montréalaise l’a ramené en son giron, à la fin du mois d’août.

« Il a recommencé à s’entraîner avec l’équipe, il va très bien et comme vous l’avez vu, il affiche un très bon état d’esprit, a fait remarquer Cabrera au sujet de Piatti, qui n’a pas joué depuis les dix dernières minutes du match du 10 août, à Chicago. Nous devons attendre encore une journée. Nous vivons au jour le jour. »

Au sujet de Fanni, il semble que la patience soit de mise.

« Il essaie de se placer dans une position où il est prêt [à jouer]. Ce qui est triste, c’est qu’il n’a plus 15 ans. Il faut donc nous assurer qu’il prenne le temps pour bien préparer son corps. Toutefois, il est très professionnel, un excellent joueur et affiche une bonne mentalité. [Le retour] sera probablement plus tôt que ce que l’on imagine. »

Après une pause de deux semaines, Cabrera et ses joueurs s’apprêtent à entamer un segment crucial du calendrier. Entre les 14 et 29 septembre, la formation montréalaise jouera cinq matchs, dont un à Los Angeles, et deux contre le Toronto FC en finale aller-retour du Championnat canadien. Un sixième match suivra — le dernier de la saison ordinaire — le 6 octobre contre les Red Bulls de New York.

Si l’Impact veut atteindre les objectifs annoncés par Kevin Gilmore lors de l’embauche de Cabrera — une place dans les séries de la MLS et la conquête du Championnat canadien — toutes les ressources de l’organisation devront être mises à contribution.

Pour l’instant, l’Impact (11-15-4) demeure hors du portrait des séries éliminatoires dans l’Est, au huitième rang, à deux points du Revolution de la Nouvelle-Angleterre, qui compte toujours un match en banque.

« La meilleure façon d’approcher ce segment, c’est de voir la plupart des gars s’entraîner sur le terrain plutôt qu’ils soient dans la salle d’entraînement, a déclaré Cabrera. Nous avons été en mesure de retrouver la plupart de nos joueurs. Lorsque vous avez 24 ou 25 joueurs disponibles, ça nous rend positifs face aux six matchs qui sont devant nous. »

De retour d’un autre séjour avec l’équipe nationale du Canada, Samuel Piette s’est entraîné en retrait de ses coéquipiers jeudi. Toutefois, le milieu de terrain de Repentigny s’est fait rassurant en vue du match de samedi.

« Ça va bien. Aujourd’hui, c’était un entraînement qui visait un peu plus à régénérer le corps. J’ai quand même eu une longue journée de voyage hier (mercredi). J’ai eu quelques petites blessures dernièrement ; mes côtes, mon adducteur. Aujourd’hui, c’était plus par précaution, mais demain, je vais être à l’entraînement et je vais le faire au complet. »