Bianca Andreescu regarde vers l’avenir

Depuis sa victoire à Flushing Meadows, Bianca Andreescu s’est propulsée jusqu’au cinquième rang du classement de la WTA.
Photo: Nathan Denette La Presse canadienne Depuis sa victoire à Flushing Meadows, Bianca Andreescu s’est propulsée jusqu’au cinquième rang du classement de la WTA.

Après avoir battu la légendaire Serena Williams 6-3, 7-5 en finale des Internationaux des États-Unis samedi, Bianca Andreescu a été prise dans un tourbillon médiatique. Entre les entrevues télévisées, les messages de Drake, de Shania Twain, de porte-couleurs des Raptors de Toronto, et le vol de retour vers Toronto dans un jet privé fourni par Uninterrupted, la plateforme de médias sociaux de LeBron James, la joueuse ontarienne dit avoir vécu des moments surréalistes.

« Je n’arrive toujours pas à croire que je suis allée au Tonight Show [de Jimmy Fallon], a déclaré Andreescu, qui a enregistré le premier triomphe en simple par un joueur issu du Canada à un tournoi du Grand Chelem. Je ne pensais pas qu’il était une personne en chair et en os avant que je ne le rencontre. J’ai regardé son émission tellement souvent et de pouvoir m’asseoir dans cette chaise était vraiment agréable. »


Propulsée
 

Près de 30 journalistes, 20 caméras de télévision et une dizaine de photographes se trouvaient au Centre Aviva mercredi pour la première conférence de presse d’Andreescu au Canada depuis qu’elle a gagné un premier tournoi du Grand Chelem.

Elle a répondu à des questions sur la façon dont elle a célébré son triomphe (un souper avec ses parents), quelle actrice la personnifierait dans un film (Jennifer Lawrence), quelle chanson elle a écouté avant la finale de samedi (Hot Girl Summer par Megan Thee Stallion) et comment ses parents et son chien Coco gèrent cette nouvelle renommée.

« Ils reçoivent beaucoup d’attention, surtout ma mère. Je pense qu’elle est même sur BuzzFeed. Je pense que ça mérite des applaudissements », a lancé Andreescu, tout en applaudissant elle-même et en riant.

« C’était vraiment drôle de voir tous les gazouillis que ma mère a reçus, et évidemment mon chien Coco. »

Exactement un mois plus tôt, Andreescu était assise dans la même pièce et répondait aux journalistes après avoir remporté la finale de la Coupe Rogers quand Williams, son idole de jeunesse, s’est retirée en raison de spasmes au dos après seulement quatre jeux.

Depuis, beaucoup de choses ont changé pour Andreescu. Elle s’est propulsée jusqu’au cinquième rang du classement de la WTA, elle est devenue la favorite pour les honneurs de fin d’année sur la scène sportive au Canada, a récolté un chèque de 3,85 millions de dollars américains, samedi, et a acquis une renommée internationale.

Cependant, Andreescu n’est pas encore rassasiée. « Ce sera le temps d’avancer après aujourd’hui, après toutes ces activités avec les médias, a rappelé Andreescu. Aujourd’hui, bien sûr, je vais célébrer un peu et voir mes amis. Mais je demeure concentrée sur ce qu’il y a à venir. »

Dans l’immédiat, Andreescu veut se qualifier pour la finale du circuit de la WTA, à Shenzhen, en Chine, du 27 octobre au 3 novembre. Les huit premières au classement y seront invitées et pour l’instant, Andreescu détient le quatrième échelon en vue de cet événement.

Par ailleurs, Andreescu prévoit de reprendre le collier lors de l’Omnium de Pékin, à la fin du mois.

Tout ce qui a ralenti Andreescu cette année, ce sont des blessures à l’épaule droite et des raideurs continuelles au haut de ses cuisses. Si l’on exclut les matchs où elle a dû se retirer à cause de blessures, elle a remporté ses 23 derniers duels en simple.

« Si je suis en santé, je pense que je peux réaliser de plus grandes choses encore dans le sport, a souligné Andreescu. Les blessures sont l’un des pires ennemis des athlètes parce que vous restez assis à regarder les autres jouer pendant que vous êtes blessé. Je ne crois pas qu’un seul athlète aime ça. L’objectif principal est de demeurer en santé autant que possible, car j’ai été souvent blessée depuis le début de ma jeune carrière. »