Les Alouettes tenteront de ne pas tomber dans le piège des Argonauts

Samedi dernier, le quart arrière Vernon Adams fils a aidé les Alouettes à signer une première victoire au stade McMahon de Calgary depuis 2009.
Photo: Larry MacDougal La Presse canadienne Samedi dernier, le quart arrière Vernon Adams fils a aidé les Alouettes à signer une première victoire au stade McMahon de Calgary depuis 2009.

Les Alouettes viennent de remporter un match émotif dans un environnement hostile, où leur dernière victoire remontait à 10 ans. D’affronter un club avec une fiche de 1-7 la semaine suivante pourrait facilement constituer un piège, dans lequel les Montréalais promettent de ne pas tomber.

La formation de Khari Jones vient de signer un premier gain depuis 2009 au stade McMahon de Calgary à l’aide d’une impressionnante victoire de 40-34 en double prolongation. Plus impressionnant encore que cette double prolongation est le fait que les Alouettes (4-4) ont comblé un déficit de 11 points avec 1:41 à jouer.

Qui plus est, le match a été marqué par une échauffourée pendant la période d’échauffement. Les Alouettes ont démontré une belle force de caractère en n’étant pas affectés pendant le reste de la rencontre, contrairement aux joueurs des Stampeders, qui ont écopé de plusieurs pénalités coûteuses.

Il serait donc facile pour les troupiers de Jones de prendre les Argonauts de Toronto et leur fiche de 1-7 à la légère.

« Je pense que les joueurs doivent vraiment se mettre dans un état d’esprit pour l’emporter peu importe la fiche de l’adversaire, a noté l’entraîneur en marge de cet affrontement qui sera disputé à Moncton, au Nouveau-Brunswick, dans le cadre de l’événement Touché Atlantique. C’est un club de la LCF et tout le monde peu battre tout le monde en tout temps dans cette ligue. Le meilleur exemple que l’on peut avoir, ce sont les Argonauts qui sont allés battre les Blue Bombers, que je considère une des très bonnes équipes cette saison, il y a quelques semaines à peine. »

« Nous n’allons pas être complaisants, a quant à lui assuré Boseko Lokombo, qui passera de la position de secondeur à demi de sûreté ce dimanche, afin de remplacer Tyler Loffler, possiblement perdu pour la saison en raison d’une déchirure ligamentaire au genou gauche. Ce serait la pire chose à faire après avoir livré une bonne performance que de croire que le prochain affrontement sera facile. On ne peut pas prendre qui que ce soit à la légère dans cette ligue. On doit s’assurer d’offrir la meilleure performance qui soit à chaque rencontre et de respecter au plus haut point notre adversaire. C’est ce que nous allons faire contre les Argonauts. »

Ses commentaires trouvent écho dans ceux du coordonnateur à la défense, Bob Slowik, qui estime que malgré leur piètre fiche, les Argos représentent tout un défi pour son unité.

« Du point de vue de la défense, nous avons l’impression qu’il s’agit de la meilleure attaque que nous aurons affrontée, a même affirmé Slowik. Ils ont plus d’armes offensives que toutes les équipes que nous avons affrontées jusqu’ici. Nous avons joué contre de bonnes équipes : Edmonton a une bonne attaque et les Stampeders, que nous venons juste d’affronter, ont de très bons receveurs. Mais les Argos ont d’excellents porteurs de ballon. Ils n’avaient pas vraiment de quart avant la quatrième ou la cinquième semaine et maintenant, ils représentent un réel défi pour nous. »

Vrai que McLeod Bethel-Thompson, le quart des Argos, n’a pas mal fait jusqu’ici cette saison avec 1792 verges de gains par la passe et ses 12 passes de touché, qui lui confèrent le troisième rang du circuit jusqu’ici. Mais Slowik a peut-être été généreux en évoquant la qualité des demis à l’attaque torontois : aucun d’eux ne vient parmi les 14 meilleurs du circuit Ambrosie.

Quoi qu’il en soit, Jones s’est assuré que ses hommes allaient sauter sur le terrain de l’Université de Moncton avec la rage de vaincre.

« Nous ne les prenons pas du tout à la légère, a-t-il souligné. Ce que je tente surtout d’inculquer aux joueurs, c’est de penser à ce que nous avons à faire. Nous avons joué un bon match la semaine dernière, mais il y a plusieurs aspects que nous pouvons améliorer. J’espère vraiment que les gars prennent ça à coeur et qu’ils se disent que peu importe qui est notre adversaire, on doit améliorer notre jeu. La fiche ou l’adversaire importe peu. Si on s’améliore de semaine en semaine, j’aime nos chances. »

Jones souhaitera aussi que ses ouailles inscrivent une victoire afin de quitter la tête tranquille pour la troisième et dernière semaine de congé du calendrier.