Madison Keys triomphe à Cincinnati, battant Kuznetsova en deux manches

Madison Keys et Daniil Medvedev savourent leur victoire après avoir tous deux remporté leur dernier match, dimanche, à Cincinnati.
Photo: John Minchillo Associated Press Madison Keys et Daniil Medvedev savourent leur victoire après avoir tous deux remporté leur dernier match, dimanche, à Cincinnati.

Deux champions inattendus ont soulevé leur premier trophée à Cincinnati dimanche pour conclure une semaine qui a semé plus de doutes qu’autre chose en vue des Internationaux des États-Unis.

Qui sera en mesure de jouer du côté des femmes ? Est-ce que les faux pas commis chez les hommes cette semaine pourraient se reproduire à New York ? Et est-ce que Madison Keys et Daniil Medvedev seront capables de tirer profit de leur lancée pour triompher dans un tournoi du Grand Chelem ?

Après les avoir vus tous les deux remporter le plus grand tournoi de leur jeune carrière, on se demande déjà comment ils pourraient être propulsés davantage sur la scène internationale.

Madison Keys a battu Svetlana Kuznetsova 7-5 et 7-6 (5) en finale, remportant ainsi un deuxième titre cette année. L’Américaine a défait la Russe en une heure et 45 minutes, portant sa fiche contre elle à 4-0.

Sa première victoire à Cincinnati s’est voulue une belle surprise pour l’Américaine, qui ne s’attendait pas à signer une victoire aussi importante avant le début des Internationaux des États-Unis.

« Si vous m’aviez dit que je me retrouverais ici aujourd’hui il y a une semaine de ça, je vous aurais ri au nez », a-t-elle lancé à la foule.

Pourtant, voilà qu’elle retrouve le top dix mondial et se dirige vers New York sur une lancée intéressante.

Si vous m’aviez dit que je me retrouverais ici aujourd’hui il y a une semaine de ça, je vous aurais ri au nez

Keys a notamment réussi 3 bris et 13 as. Elle a effacé des retards de 3-5 à chaque manche, cheminant vers le cinquième et plus important titre de sa carrière.

Sa route en finale a inclus des victoires face à Simona Halep et à Garbine Muguruza. Keys a aussi triomphé lors du tournoi de Charleston, en avril.

Kuznetsova, qui était la plus vieille finaliste à Cincinnati à 34 ans, a compté parmi ses victimes Karoline Pliskova et la favorite du tournoi, Ashleigh Barty.

Keys amorcera les Internationaux des États-Unis avec une confiance à tout casser après avoir connu quelques ennuis lors de ses trois derniers tournois. Le dernier tournoi du Grand Chelem risque toutefois d’amener son lot d’intrigues puisque plusieurs têtes d’affiche sont tombées comme des mouches au cours de la dernière semaine.

Serena Williams a choisi de déclarer forfait après avoir dû abandonner son match de finale face à Bianca Andreescu à la Coupe Rogers, il y a une semaine. Naomi Osaka, championne en titre des Internationaux des États-Unis, a été forcée de quitter son match de demi-finale en raison d’une blessure au genou gauche.

Keys se présentera à New York en pleine ascension et avantagée, alors qu’elle occupera le 10e rang mondial dès lundi.

Chez les hommes

Du côté des hommes, la prochaine semaine sera mouvementée aussi.

Le tableau des messieurs avait été pensé pour permettre au « Big Four » — Novak Djokovic, Roger Federer, Rafael Nadal et Andy Murray — de se retrouver au sommet pour la première fois depuis janvier. Aucun d’entre eux ne s’est qualifié pour la finale.

Nadal, qui a mis la main sur le titre à la Coupe Rogers dimanche dernier, a choisi de faire une croix sur le tournoi afin de bien récupérer pour le dernier tournoi du Grand Chelem de la saison. Murray, qui a fait ses premiers pas en simple après avoir subi une intervention chirurgicale à la hanche en janvier, s’est incliné en lever de rideau. Federer, sept fois champion à Cincinnati, a plié l’échine en quarts de finale et Djokovic a perdu aux mains de Medvedev lors des demi-finales, samedi.

Le Russe a remercié la foule pour son soutien après qu’il eut disposé de David Goffin en deux manches de 7-6 (3), 6-4, pour mettre la main sur son premier titre de Masters 1000. C’était la troisième fois de suite qu’il participait à la finale d’un tournoi. Une semaine plus tôt, il avait baissé pavillon face à Nadal en finale de la Coupe Rogers. Il a atteint la finale six fois depuis le début de la campagne.

« D’enfin pouvoir soulever un trophée cette semaine, c’est fantastique », a déclaré Medvedev.

À 23 ans, il est devenu le plus jeune joueur à être sacré champion à Cincinnati depuis Murray, en 2008. Ce dernier avait alors 21 ans.

« Félicitations, a dit Goffin à son adversaire russe. Je crois que tu es prêt pour New York. »