Roger Federer éliminé par un qualifié à Cincinnati

À son premier tournoi depuis Wimbledon, Roger Federer a commis 19 fautes directes contre le Russe Andrey Rublev, jeudi, à Cincinnati.
Photo: John Minchillo Associated Press À son premier tournoi depuis Wimbledon, Roger Federer a commis 19 fautes directes contre le Russe Andrey Rublev, jeudi, à Cincinnati.

Le Russe Aindrey Rublev a éliminé le Suisse Roger Federer au troisième tour du tournoi de Cincinnati, jeudi, grâce à une victoire de 6-3, 6-4.

Classé 70e au monde, Rublev a réussi 17 coups gagnants contre 20 pour Federer, classé troisième. Cependant, Rublev a commis seulement six fautes directes, tandis que Federer en a commis 19.

Federer détient sept titres du tournoi de Cincinnati. Il s’agissait de son premier événement depuis sa défaite en finale à Wimbledon contre Novak Djokovic, le mois dernier.

En raison d’ennuis avec son service, Federer a été victime de deux bris en première manche.

« Et voilà. Ç’a donné le ton au match un peu, a dit Federer. Il a joué un match très propre — attaque, défense, au service. Il ne m’a pas donné grand-chose. »

Le duel a duré 62 minutes. Selon l’ATP, il s’agit de la défaite la plus expéditive de Federer depuis 2003, quand il avait perdu en 54 minutes contre Franco Squillari lors du premier tour du tournoi de Sydney.

Rublev a dû passer par les qualifications pour accéder au tableau principal à Cincinnati. Il s’agit pour lui d’une deuxième victoire en carrière contre un membre du top 5 mondial, après avoir vaincu Dominic Thiem le mois dernier à Hambourg.

Lors des quarts de finale, Rublev croisera le fer avec le Russe Daniil Medvedev. Finaliste à la Coupe Rogers à Montréal, la semaine dernière, Medvedev a battu l’Allemand Jan-Lennard Struff 6-2 et 6-1, en 66 minutes.

De son côté, le Japonais Yoshihito Nishioka a de nouveau causé une surprise, après avoir battu Kei Nishikori la veille. Jeudi, il a signé les deux seuls bris du match et a défait l’Australien Alex De Minaur 7-5, 6-4.

De Minaur est 38e à l’ATP, Nishioka 77e. Le Japonais de 23 ans aura comme rival en quarts de finale David Goffin, qui a battu Adrian Mannarino 7-6 (6), 6-2.

Richard Gasquet a battu Diego Schwartzman  7-6 (6) et 6-3 ; ça lui vaudra un match contre Roberto Bautista Agut, victorieux 6-1 et 6-2 devant Miomir Kecmanovic.

Chez les dames, la favorite Ashleigh Barty a vaincu Anett Kontaveit de l’Estonie 4-6, 7-5 et 7-5, jeudi. Barty, numéro 2 au monde, trouvera sur sa route Maria Sakkari, qui est venue à bout d’Aryna Sabalenka 6-7 (4), 6-4 et 6-4.

Venus Williams a infligé un revers de 2-6, 6-3, 6-3 à Donna Vekic, de la Croatie. Au tour suivant, elle aura à composer avec Madison Keys ou Simona Halep, quatrième tête de série.


113 000 $ d’amende pour Nick Kyrgios

Cincinnati — Le « bad boy » du tennis, l’Australien Nick Kyrgios, a écopé jeudi de 113 000 $ d’amende de la part de l’ATP, pour son comportement lors du match face au Russe Karen Khachanov, au 2e tour du tournoi de Cincinnati, où il a encore multiplié les provocations et les insultes.

Kygios, 24 ans et 27e joueur mondial, est notamment sanctionné pour « avoir quitté le court sans permission, proféré des obscénités et pour sa conduite antisportive envers son adversaire ». Le joueur a également été averti qu’il pourrait être suspendu une fois qu’une enquête complète aura eu lieu.

Face à Khachanov, numéro 8 mondial et récent demi-finaliste au Masters 1000 de Montréal, l’Australien est à nouveau sorti de son match et s’est incliné 6-7 (3/7), 7-6 (7/4), 6-2.

Au milieu de la seconde manche, remportée par son adversaire, il s’est levé de sa chaise, annonçant qu’il allait faire une pause pipi. L’arbitre irlandais lui a alors rétorqué qu’il n’avait pas le temps.

Kyrgios est tout de même parti, deux raquettes sous le bras. Les images de la télévision le montrent franchissant une porte avant de briser violemment ses raquettes puis de revenir sur le court, tout en maudissant l’arbitre de chaise.

En fin de rencontre, après deux doubles fautes de rang, mais aussi trois as, le joueur australien a refusé de serrer la main de l’arbitre et a fini par jeter ses chaussures dans le public avant d’offrir ses raquettes cassées à de jeunes spectateurs.