Auger-Aliassime plie l’échine devant Khachanov

Auger-Aliassime a laissé filer une occasion en or de s’emparer du titre de meilleur tennisman canadien.
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne Auger-Aliassime a laissé filer une occasion en or de s’emparer du titre de meilleur tennisman canadien.

Félix Auger-Aliassime s’est donné des airs de vétéran, même s’il ne fêtait que son 19e anniversaire de naissance jeudi, à la suite de sa défaite de 6-7 (7), 7-5, 6-3 contre le Russe Karen Khachanov, au troisième tour de la Coupe Rogers de Montréal.

Le Québécois a déclaré que cette première expérience dans ce tournoi de la série Masters 1000 avait été « très enrichissante », en dépit du dénouement défavorable de la rencontre qui a duré deux heures et 50 minutes. Cette défaite signifie également qu’il n’y a plus de Canadien en lice en simple à Montréal.

«C’est bien d’avoir brisé la glace, pour être honnête. Maintenant que le tournoi est fini, je peux dire que la pression était énorme. Je ne peux pas le cacher ; tout le monde en parle, c’était un gros tournoi pour moi et je voulais bien faire. J’ai beaucoup grandi cette semaine, et je crois que je peux encore m’améliorer. J’ai connu une bonne première semaine ici.»

Le moment clé du match s’est probablement produit au bris d’égalité du premier set, selon Auger-Aliassime. Khachanov, dégoûté d’avoir laissé filer une avance de 6-4 qui s’était transformée en déficit de 7-6, a expédié une balle à l’extérieur du stade IGA. Il a ainsi écopé d’un avertissement de l’arbitre, et permis au Québécois de sceller l’issue de la manche 9-7 après 1:04 de jeu.

«Mais c’est ça la difficulté. C’est dès que tu vois que tu as les devants?; c’est là que j’ai senti la tension venir en moi, la pression. Parfois, être mené c’est plus facile que mener, tu vois. J’ai des choses à apprendre là-dessus, mais au fil des matchs et des années je crois que je vais apprendre à gérer ces moments-là pour les finir», a-t-il expliqué, sereinement.

Khachanov l’a ainsi empêché de célébrer pleinement son anniversaire — il est né le 8 août, soit la même journée que son idole, Roger Federer. Ça n’a pas empêché la foule présente au stade IGA de lui chanter le traditionnel bonne fête avant qu’il ne quitte le court, peut-être pour lui remonter le moral.

«Ça fait beaucoup de bien, parce qu’une défaite comme ça c’est difficile à digérer», a déclaré Auger-Aliassime en entrevue sur le terrain.

Auger-Aliassime peut se consoler puisqu’il a véritablement compliqué la tâche du huitième joueur mondial et sixième tête de série du tournoi. C’était sans compter le vent qui tourbillonnait sur le court central.

Khachanov, plus expérimenté, a d’ailleurs semblé être celui qui s’est le mieux adapté à ces conditions de jeu difficiles. Le Russe âgé de 23 ans n’a commis que trois doubles fautes, contre un total de 12 pour le Québécois — un nombre anormalement élevé selon ses standards. Auger-Aliassime a aussi été brisé à sept reprises en 12 occasions, et il n’a réussi que cinq bris en 12 opportunités.

«Le vent a rendu la tâche très difficile au service, surtout en première balle, a-t-il admis. Je crois que c’est la raison pour laquelle il y a eu tant de bris. Mais je suis resté calme, car je voyais qu’il avait les mêmes ennuis que moi. Il fallait trouver une solution, et c’est ce que j’ai essayé de faire.»

En plus d’avoir échappé un billet pour les quarts de finale, Auger-Aliassime a laissé filer une occasion en or de s’emparer du titre de meilleur tennisman canadien.

S’il avait poursuivi sa route, le Québécois, classé 21e au monde, aurait pu menacer ce titre appartenant depuis des lunes à Milos Raonic. L’Ontarien, 19e joueur mondial, avait été contraint à l’abandon la veille lors de son match de deuxième tour contre le favori local.

Quant à Khachanov, il affrontera au prochain tour vendredi l’Allemand Alexander Zverev. La troisième tête de série et champion en titre à Montréal a évincé le Géorgien Nikoloz Basilashvili 7-5, 5-7, 7-6 (5).

Nadal fonce en quarts de finale

Dans l’autre portion du tableau, le favori Rafael Nadal a poursuivi sa lancée en éliminant facilement l’Argentin Guido Pella 6-3, 6-4 au bout d’une heure et 41 minutes.

“Rafa” présente maintenant une fiche de 4-0 en carrière contre Pella, après l’avoir notamment battu en avril au Masters de Monte-Carlo. L’Espagnol convoite son cinquième titre en carrière au Canada.

Nadal, vainqueur de la Coupe Rogers l’an dernier à Toronto, affrontera en quarts de finale Fabio Fognini, septième tête de série. L’Italien a pris la mesure du Français Adrian Mannarino 6-2, 7-5 en début de soirée.

«Il [Fognini] joue bien, et il connaît une très bonne saison — peut-être la meilleure de sa carrière. Je devrai être au sommet de ma forme. J’ai mieux joué ce soir qu’hier, et je devrai être encore meilleur si je veux poursuivre mon parcours», a déclaré Nadal, qui a rejoint avec Roger Federer le Conseil des joueurs de l’ATP, jeudi. 

En soirée, sur le court central, le Français Gaël Monfils a aisément disposé du Polonais Hubert Hurkacz 6-4, 6-0. En quarts de finale, il se mesurera à l’Espagnol Roberto Bautista-Agut, qui a défait le Français Richard Gasquet 7-5, 7-5. 

Plus tôt en journée, l’Autrichien Dominic Thiem, deuxième tête de série, a évincé le champion des Internationaux des États-Unis en 2014, Marin Cilic, 7-6 (7), 6-4. Il aura rendez-vous avec le Russe Daniil Medvedev, tombeur du Chilien Christian Garin, 6-3 et 6-3.