Le clan Alvarez veut rebondir après la défaite contre Kovalev

Samedi soir, Eleider Alvarez a subi une défaite sans appel.
Photo: Cooper Neil Associated Press Samedi soir, Eleider Alvarez a subi une défaite sans appel.

La défaite sans appel subie par Eleider Alvarez contre Sergey Kovalev dans la nuit de samedi à dimanche forcera le clan du boxeur colombien à revoir ses plans, à tout le moins à court terme. Mais autant son entraîneur, Marc Ramsay, que son promoteur, Yvon Michel, estiment qu’il ne s’agit pas d’un recul important dans la carrière du Montréalais d’adoption.

« On prend un important pas de recul avec cette défaite-là, mais c’est curieux la boxe, a lancé Ramsay aux petites heures, dimanche. Il vient de battre Sergey Kovalev et de faire un bon combat de 12 rounds. Il a prouvé qu’il pouvait se battre contre n’importe lequel genre de boxeurs. Le téléphone risque de sonner rapidement. »

« Restera à voir ce qu’Eleider veut faire avec tout ça. Il faudra prendre les bonnes décisions pour le ramener. Je ne pense pas [qu’un championnat du monde] soit à moyen ou long terme. Je pense que ça va être à court terme. »

« C’est un pas de recul, mais pas si important que ça, a pour sa part analysé Michel. Kovalev s’est fait passer tout un K.-O. la dernière fois et il a apporté les ajustements pour revenir comme il l’a fait ce soir. Eleider est assez intelligent pour apporter les ajustements nécessaires lui aussi ; ça ne m’inquiète pas. »

Cette défaite d’Alvarez (24-1, 12 K.-O.) met toutefois sur la glace l’entente prévue avec Top Rank et ESPN, qui devait lui garantir sept combats ou l’associer au réseau pour 24 mois — advenant une victoire. Alvarez a touché 1 million $US pour ce combat, et il devait toucher davantage pour chacun des duels avec Top Rank.

Michel ne croit pas que l’entente, qui permettait à GYM de placer un autre de ses boxeurs en préliminaires chaque fois, soit en péril. « Nous avons déjà dans l’entente un combat filet qu’on peut demander n’importe quand et l’entente avec ESPN peut entrer en vigueur en retournant sur le sentier de la victoire, a-t-il fait valoir. On pourrait aussi se retrouver rapidement en championnat du monde, puisque les autres boxeurs pourraient être tentés de le défier après sa performance contre Kovalev. »

Pourtant, 24 heures plus tôt, le promoteur estimait qu’une défaite pourrait faire en sorte que les offres n’affluent pas à son bureau pour son protégé.

Kovalev a su écouter

Quant à Kovalev (33-3-1, 28 K.-O.), force est d’admettre que le boxeur qui semblait au bout du rouleau à la suite de sa défaite du 4 août a su s’adapter et surtout, écouter son entourage. « Kovalev a été le meilleur. Il était bien préparé, a admis Michel. Au lieu d’y aller pour le coup de circuit comme auparavant, il laissait aller ses mains : il a lancé plus de 800 coups de poing. Eleider voulait lui passer le K.-O., mais il a oublié de boxer. »