Hamilton arrache la victoire au Grand Prix du Brésil

En signant cette dixième victoire, Lewis Hamilton permet à Mercedes de remporter le championnat des constructeurs.
Photo: Nelson Almeida Agence France-Presse En signant cette dixième victoire, Lewis Hamilton permet à Mercedes de remporter le championnat des constructeurs.

Lewis Hamilton a profité de la bourde d’un retardataire pour signer sa 10e victoire de la saison, dimanche, au Grand Prix de Formule 1 du Brésil.

Hamilton, qui est parti de la position de tête, a néanmoins dû travailler d’arrache-pied pour signer cette victoire, qui a du même coup offert le championnat des constructeurs à Mercedes. Le pilote Red Bull Max Verstappen a terminé en deuxième place bien malgré lui, devant Kimi Raikkonen, sur Ferrari.

« C’est la raison pour laquelle nous travaillons tous si fort, a évoqué Hamilton à propos de la conquête du championnat de Mercedes. C’est un honneur de piloter pour eux. Je suis si fier d’eux. »

Tout s’est joué au 44e tour, alors que Verstappen roulait seul en tête. Le Hollandais tentait de creuser l’écart devant Hamilton, qui venait d’entrer aux puits pour changer de pneus. Le pilote Red Bull espérait ainsi se bâtir une avance suffisante pour lui permettre d’arrêter aux puits à son tour et d’en ressortir en première place.

Verstappen s’est alors retrouvé coincé derrière la Force India d’Esteban Ocon, à l’entrée des « S » de Senna. Plutôt que de lui céder le passage, le Français lui a barré la route et provoqué un accrochage. Verstappen a pu relancer sa monoplace, mais le mal était fait : Hamilton filait seul vers la victoire.

Quelques tours plus tard, les commissaires de piste ont imposé une pénalité de 10 secondes aux puits à Ocon pour son geste. Loin d’être apaisé, Verstappen fulminait encore lorsqu’il s’est extirpé de la voiture après la course.

« Je ne sais pas quoi dire. Se faire sortir par un tel idiot… Je n’ai pas de mot », a lancé Verstappen, hors de lui.

Son coéquipier chez Red Bull, Daniel Ricciardo, qui était parti de la 11e place sur la grille de départ en raison d’une pénalité pour avoir remplacé son turbo au début du week-end, a gravi les échelons jusqu’au quatrième rang. Le coéquipier de Hamilton, Valtteri Bottas, et le pilote Ferrari Sebastian Vettel ont pris les deux places suivantes.

Pour sa part, le Québécois Lance Stroll s’est contenté de la 18e place, deux rangs derrière son coéquipier Sergey Sirotkin. Marcus Ericsson (Sauber) et Nico Hülkenberg (Renault) ont été contraints à l’abandon.

« Ça n’a pas très bien été, a dit Stroll, nonchalant. J’ai connu un bon départ, j’ai cédé le passage lorsque la situation l’exigeait et j’ai tenté de gérer la dégradation de mes pneus du mieux possible. Mais la voiture est tellement lente… Je ne pouvais rien faire de plus. »

Il s’agissait de l’avant-dernière épreuve de la saison. Celle-ci culminera le 25 novembre avec la présentation du Grand Prix d’Abu Dhabi.