Les Alouettes ont dû prendre un pas de recul après leur récente défaite

<p>L'entraîneur-chef des Alouettes de Montréal, Mike Sherman, et le quart-arrière Johnny Manziel</p>
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne

L'entraîneur-chef des Alouettes de Montréal, Mike Sherman, et le quart-arrière Johnny Manziel

À la suite de leur revers de 32-14 aux mains des Lions de la Colombie-Britannique, les Alouettes de Montréal ont été forcés de revoir certains aspects de leur jeu, notamment la protection du quart.

Antonio Pipkin a été rejoint sept fois derrière sa ligne de mêlée par les Lions, en plus de devoir s’esquiver en plusieurs occasions, ce qui a fait dire à l’entraîneur-chef Mike Sherman après la rencontre que « peu importe qui aurait occupé cette position, il aurait connu une bien mauvaise soirée ».

Il est déjà acquis que c’est Johnny Manziel qui amorcera le match de vendredi, à Winnipeg. Il fallait maintenant retravailler le plan de match pour tenter de lui procurer une première victoire comme quart partant dans la LCF.

« La réponse facile, c’est qu’il n’y a pas grand-chose qui a fonctionné [face aux Lions], a indiqué le centre Kristian Matte. Après avoir revu le film, c’est souvent une petite erreur qui a causé notre perte. Nous sommes 12 sur le terrain, mais une seule erreur peut couler le jeu. Nous avons revu notre technique, notre façon de lire la défense. Il faut travailler ensemble, les 12 gars. C’est ce qu’on tente de faire depuis le début de la saison. Parfois ça va bien ; parfois, ça va moins bien. »

« C’est certain qu’il faut changer notre protection, sans toutefois tout modifier, a pour sa part avancé le centre-arrière Patrick Lavoie. Ce que j’aime, c’est quand on reconnaît ce qu’on va affronter avant que le ballon ne soit mis en jeu. Quand on fait ça, nous avons une avance sur eux. Si nous sommes réactifs au lieu d’attaquer, c’est là qu’on reçoit leur charge au lieu de les forcer à recevoir la nôtre. »

De son côté, Sherman espère que ses protégés ont saisi l’ampleur du problème.

« J’espère que nous avons été en mesure de remédier à ça. Ils avaient de très bons joueurs pour pourchasser notre quart sur les extrémités de leur ligne, mais ça, nous le savions avant de jouer cette rencontre. Je pense que nous avons nettoyé cet aspect de notre jeu. »

« Nous avons eu une bonne semaine d’entraînement, a noté Manziel. Je pense qu’on comprend bien le travail à faire. J’ai pleine confiance en notre ligne à l’attaque. »

Conversation difficile

Manziel reprendra donc son poste de partant après quatre rencontres au cours desquelles Pipkin a mené l’équipe à une fiche de 2-2. Sherman a d’ailleurs admis que la conversation qu’il a eue avec Pipkin pour lui retirer son poste de partant a été difficile pour les deux hommes.

« C’était difficile, car je l’aime beaucoup, a dit l’entraîneur. Je crois qu’il sera tout un quart et il a fait de bonnes choses sur le terrain.

« Mais il a bien géré tout ça. Il pourra maintenant prendre un pas de recul et observer, de la même façon que Johnny l’a fait quand j’ai nommé Antonio partant. C’était la bonne décision à ce moment-là, comme c’est la bonne en ce moment après la performance que nous avons offerte vendredi.

« Il y a toujours une chance que Pipkin joue, a-t-il renchéri. Nous faisons toujours répéter les deux quarts et nous comptons sur deux bons jeunes quarts. Au début de la saison, nous avions des interrogations à cette position. Maintenant, je suis très à l’aise avec ces deux gars, même avec ceux qui sont derrière eux. Alors je n’aurai aucune hésitation à insérer Pipkin dans le match si je dois le faire. »