Golf: Brooks Koepka s’impose malgré la résistance de Tiger Woods

Koepka n’a pas tremblé et termine ce USPGA d’anthologie à 16 coups sous le par, avec un total de 264.
Photo: Sam Greenwood Getty Images / AFP Koepka n’a pas tremblé et termine ce USPGA d’anthologie à 16 coups sous le par, avec un total de 264.

L’Américain Brooks Koepka, imperturbable, a remporté dimanche la 100e édition du Championnat de la PGA, dernière levée du Grand Chelem 2018 de golf, en résistant jusqu’au bout à son compatriote Tiger Woods, revenu au plus haut niveau après des années de galère et plusieurs opérations au dos.

« Je me sens bien dans les majeurs. J’aimerais bien être aussi concentré sur les autres tournois », a réagi Koepka, 28 ans, vainqueur de son deuxième tournoi majeur de l’année après son doublé à l’US Open (2017, 2018). Il devient aussi, par la même occasion, le 5e joueur à gagner la même année l’US Open et l’USPGA en compagnie de Woods, de Jack Nicklaus, de Gene Sarazen et de Ben Hogan.

Koepka n’a pas tremblé et termine ce USPGA d’anthologie à 16 coups sous le par, avec un total de 264, devant Tiger Woods (266), brillant et constant comme à ses plus beaux jours, et un autre revenant, l’Australien Adam Scott (267), qui n’a plus remporté un tournoi depuis 2016.

Grâce à Scott et à Woods, le suspense a duré jusqu’aux trois derniers trous de cette 100e édition de très haut niveau, animée par une armada de joueurs américains et européens en quête d’une sélection de prestige pour la prochaine Ryder Cup, prévue fin septembre en France.

Un Koepka implacable, inoxydable, a résisté jusqu’au bout, sans faiblir, à un « Tigre » qui avait commencé en douceur (70 jeudi), a accéléré vendredi et samedi (deux tours en 66) et rendu dimanche une superbe carte de 64, sa meilleure de la semaine, malgré deux roulés ratés pour quelques millimètres, au 11 et au 14.

« Je me suis battu, je suis resté concentré et, à la fin, il ne me manque que deux coups. J’ai essayé d’être positif toute la semaine ; tout le monde était formidable avec moi. Par rapport à l’année dernière, je suis content d’être là », a réagi Woods, 42 ans. Il pointait fin 2017 au-delà de la 1000e place du classement mondial.

Il aura donc fallu six mois à l’ancien maître du golf mondial pour revenir tout près du sommet, comme l’avait déjà démontré sa 6e place très encourageante à l’Open britannique, en juillet, après avoir mené brièvement le tournoi le dernier jour face au futur vainqueur, l’Italien Francesco Molinari, 6e de ce USPGA.