Lance Stroll n’a pas de bonnes nouvelles pour le Grand Prix du Canada

Lance Stroll croupit présentement au 15e échelon du championnat des pilotes avec quatre maigres points.
Photo: Luca Bruno Associated Press Lance Stroll croupit présentement au 15e échelon du championnat des pilotes avec quatre maigres points.

Lance Stroll avait de bonnes et de mauvaises nouvelles à annoncer mercredi à l’aube des essais libres du Grand Prix de Formule 1 de Monaco.

Les bonnes d’abord. Le Québécois âgé de 19 ans a indiqué que Williams avait finalement pu cibler lors des essais privés de la semaine dernière à Barcelone certains problèmes qui empêchent la voiture d’être performante depuis le début de la campagne.

« Ç’a été de bons essais, nous avons beaucoup tourné, a mentionné Stroll lors d’un point de presse dans la principauté monégasque. Nous avons relevé plusieurs choses. Ça nous a permis de trouver de nombreux pépins. Pour les résoudre, cependant, ça prendra du temps. »

Et les mauvaises nouvelles. Sans entrer dans les détails, le pilote originaire de Mont-Tremblant a indiqué qu’il ne faudra pas s’attendre à voir Williams progresser d’ici juillet. C’est donc dire que les chances que l’équipe britannique cause un coup d’éclat au Grand Prix du Canada, dans deux semaines, sont pratiquement nulles.

« Notre objectif est de nous battre avec les équipes en milieu de peloton, et nous espérons y parvenir d’ici le Grand Prix d’Angleterre [le 8 juillet] ou le Grand Prix d’Allemagne [le 22 juillet]. Nous voulons nous battre régulièrement pour des points de classement. »

Au 15e échelon

Stroll, qui avait marqué ses premiers points de classement en F1 en vertu de sa neuvième place au Grand Prix du Canada en juin dernier, est bien conscient qu’il s’agit d’une saison frustrante. Il croupit présentement au 15e échelon du championnat des pilotes avec quatre maigres points, acquis en vertu de sa huitième place au Grand Prix d’Azerbaïdjan.

« Oui, ça l’est pour tout le monde [chez Williams]. Nous ne sommes pas où nous voulons être. Néanmoins, je suis satisfait de ce que j’ai accompli jusqu’ici lors des cinq premières courses de la saison — même de ma 11e place au Grand Prix d’Espagne alors que nous n’étions carrément pas dans le coup. Je veux être le meilleur pilote possible, et extraire le maximum de la voiture que j’ai. »

Monaco

D’ailleurs, le principal intéressé croit que le Grand Prix de Monaco — l’épreuve reine du sport automobile — pourrait réserver quelques surprises ce week-end, notamment en raison de sa configuration unique. Mais encore une fois, les problèmes à bord de sa Williams risquent de lui causer des maux de tête.

« C’est une piste différente, unique, et Monaco requiert une voiture stable, équilibrée, a-t-il dit. Si nous ne pouvons compter là-dessus, alors ça devient hasardeux. J’essaie de ne pas me faire d’attentes, et de simplement donner le meilleur de moi-même en piste. Malgré cela, comme on l’a souvent vu par le passé, des choses peuvent se produire en piste et te permettre d’enregistrer un bon résultat. »

Stroll souligne que la course sera d’autant plus imprévisible que, pour la première fois depuis les essais d’hiver à Barcelone en février, les pilotes pourront utiliser les nouvelles gommes hypertendres.

« Elles sont certes plus rapides [que les ultratendres], mais je ne sais pas. Quand je les ai testées en février, il faisait beaucoup plus froid qu’ici. Alors, il faudra y aller un tour à la fois », a-t-il évoqué.