Eugenie Bouchard affiche une toute nouvelle attitude en vue de la Fed Cup

Eugenie Bouchard affrontera Kateryna Bondarenko dans le second match de simple entre le Canada et l’Ukraine, samedi après-midi au stade IGA.
Photo: Andy Brownbill Associated Press Eugenie Bouchard affrontera Kateryna Bondarenko dans le second match de simple entre le Canada et l’Ukraine, samedi après-midi au stade IGA.

Eugenie Bouchard vient de loin et elle le sait.


C’est pourquoi la Québécoise, en chute libre au classement ces dernières années, tentera de remonter la pente en défendant les couleurs du Canada face à l’Ukraine, dans le cadre du match de barrage du Groupe mondial II de la Fed Cup, présenté au stade IGA ce week-end.
 

De retour au sein de l’équipe canadienne après trois ans d’absence, Bouchard semble afficher une bien meilleure attitude que lors de son dernier passage, alors que le Canada avait subi la défaite face à la Roumanie.

« Je suis très contente d’être ici, a déclaré Bouchard lors du tirage au sort effectué vendredi midi. C’est un choix que j’ai fait parce que c’est une bonne occasion pour moi de jouer des matchs. J’aime aussi l’ambiance de l’équipe. Aussi, de pouvoir jouer une deuxième fois à Montréal dans une année où elle disputera la Coupe Rogers cet été, c’est spécial pour moi. »

En 2015, la joueuse vedette de Westmount, alors septième raquette mondiale, s’était mise les pieds dans les plats et s’était retrouvée au coeur d’une controverse après avoir refusé de serrer la main d’Alexandra Dulgheru, sa rivale en devenir, après le tirage au sort.

Bien de l’eau a coulé sous les ponts depuis ce fameux épisode, et cette fois-ci, Bouchard, qui a glissé au 117e rang de la WTA, a accepté de serrer la pince de Kateryna Bondarenko (78e), contre qui elle croisera le fer lors du deuxième match de simple présenté samedi après-midi.

Son passage à la Fed Cup pourrait être bénéfique sur le plan personnel puisqu’elle aura l’occasion de jouer quelques matchs et de rebâtir sa confiance.

« J’ai confiance, je l’ai fait auparavant, ça veut dire que je peux le faire encore, a dit calmement Bouchard. Je m’entraîne pour que cette journée arrive plus tôt, avec la Fed Cup. »

Un autre aspect qui pourrait être crucial pour l’athlète de 24 ans lors de ce tournoi, c’est que contrairement à d’habitude, elle aura l’occasion d’être encouragée non seulement par la foule, mais aussi par ses pairs — Françoise Abanda, Bianca Andreescu et Gabriela Dabrowski — aux côtés de qui elle aura la chance d’évoluer tout au long du week-end.

« C’est sûr que c’est différent. La plupart du temps, nous n’avons pas une équipe autour de nous et non seulement les joueuses, mais aussi tout le personnel qui nous entoure », a souligné Bouchard.

« Je ne suis pas venue ici juste pour retrouver mon équilibre, je suis venue pour jouer des matchs parce que j’aime aussi jouer à la Fed Cup. Mais c’est certain que c’est plus plaisant, oui, peut-être un peu plus relaxe. Nous avons d’autres filles autour de nous, la pression ne repose pas seulement sur un individu, mais sur tout le monde. Alors j’essaie de prendre ça relaxe, de jouer des matchs et de tout donner, comme toujours. On va voir. »

Après avoir remporté seulement quatre de ses dix matchs depuis le début de la saison, Bouchard tentera de rebondir d’abord face à Bondarenko et ensuite devant Lesia Tsurenko, qu’elle affrontera dimanche après-midi.

« J’ai joué contre les deux en simple dans des tournois et ce sont des matchs qui ont été difficiles, a admis Bouchard. Je sais que ce sont des adversaires coriaces et qu’elles vont se battre. C’est à l’intérieur, je crois que Bondarenko aime bien disputer des matchs sur surface dure, comme moi, et qu’elle performe bien sur ce genre de terrain alors je vais devoir être prête. »

« Nous ne savons pas ce que l’avenir nous réserve, mais je vais faire de mon mieux, tout comme les filles vont faire, et par chance, nous pourrons mettre la main sur la victoire. »

Face à Bodarenko, Bouchard a remporté un duel et s’est inclinée une fois, tandis qu’elle avait baissé pavillon lors de sa seule rencontre contre Tsurenko.

Abanda en lever de rideau

Abanda sera la première joueuse canadienne à fouler le court intérieur du stade IGA. Classée au 127e rang de la WTA, elle croisera le fer avec la 41e raquette mondiale, Tsurenko. Le match entre Bouchard et Bondarenko se déroulera par la suite.

Les mêmes joueuses disputeront les simples inversés, dimanche.

Bianca Andreescu, qui avait offert toute une performance à la Fed Cup l’an dernier face au Kazakhstan, disputera quant à elle le match de double prévu, si nécessaire, dimanche après-midi, aux côtés de Gabriela Dabrowski. En cas d’égalité 2-2, les Canadiennes affronteront Olga Savchuk et Bondarenko, afin de déterminer un gagnant.

Mené par le capitaine Sylvain Bruneau, le Canada tentera de protéger son rang au sein du Groupe mondial II, composé des nations classées du 9e au 16e rang.

Il s’agit d’un deuxième affrontement entre les deux nations, après celui de 2013, dans une autre rencontre de barrage du Groupe mondial II. Le Canada avait finalement triomphé 3-2 grâce à la victoire lors du match de double décisif.

Le Canada doit disputer ce barrage contre l’Ukraine parce qu’il a perdu son match de premier tour du Groupe mondial II contre la Roumanie, en février. L’équipe misait alors sur Andreescu, Dabrowski, Carol Zhao et Katherine Sebov.