Le dernier GP d’Angleterre en 2019?

L’entente actuelle qui prévoit une hausse annuelle de 5% des frais a été conclue en 2009, soit la dernière fois que la course de Silverstone était menacée de disparaître.
Photo: Matthew Childs Agence France-Presse L’entente actuelle qui prévoit une hausse annuelle de 5% des frais a été conclue en 2009, soit la dernière fois que la course de Silverstone était menacée de disparaître.

 

L’avenir du Grand Prix d’Angleterre à Silverstone est menacé après que les propriétaires du mythique circuit se sont prévalus de l’option de se retirer de l’entente avec la Formule 1.

Le British Racing Drivers Club (BRDC) a indiqué que le Grand Prix d’Angleterre de 2019 sera le dernier à Silverstone, à moins que le nouveau propriétaire de la F1, Liberty, ne réduise les frais pour présenter l’épreuve.

Le BRDC a indiqué qu’en 2015 il avait perdu 2,8 millions de livres sterling (environ 4,6 millions $CAN) et 4,8 millions de livres (7,97 millions de dollars) l’an dernier. Les coûts de présentation de l’épreuve ont bondi de 11,5 pour cent en 2015 pour s’établir à 16,2 millions de livres (26,9 millions de dollars). Les organisateurs de la course ont précisé que les coûts de présentation de l’épreuve passeront à 25 millions de livres (41,5 millions de dollars) d’ici 2026 — la dernière année du contrat actuel.

Manque de rentabilité

L’organisation a ajouté « qu’elle n’est plus rentable financièrement… dans les paramètres actuels ».

De son côté, Liberty a déclaré qu’elle voulait maintenir la course au calendrier au-delà de 2019.

« Nous négocierons de bonne foi et en privé avec le promoteur afin d’en arriver à une entente équitable », pouvait-on lire dans un communiqué diffusé par la F1.

Le BRDC considère que Silverstone est l’arrêt le plus populaire du calendrier de la F1, avec 350 000 spectateurs par week-end de course.

L’entente actuelle qui prévoit une hausse annuelle de 5 pour cent des frais a été conclue en 2009, soit la dernière fois que la course de Silverstone était menacée de disparaître. La F1 a changé de main plus tôt cette année lorsque l’entreprise américaine de sport et de divertissement a racheté le fonds d’investissement CVC Capital Partners.

Le directeur général de la F1, Chase Carey, avait écarté en janvier la possibilité de revoir à la baisse les ententes afin de maintenir des épreuves mythiques au calendrier, tout en admettant l’importance de ces courses pour l’identité de la série.

« Nous croyons que ces courses [comme celle en Angleterre] devraient être plus importantes et plus rentables », avait dit Carey avant d’ajouter : « Et nous sommes favorables à l’idée de travailler avec les promoteurs actuels afin de trouver des solutions pour y arriver. »