Mercedes s'illustre aux séances d'essais libres

Les voitures de l’écurie Mercedes apparaissent encore une fois être en bonne position à la veille des qualifications du Grand Prix du Canada de Formule 1 en début d’après-midi ce samedi à Montréal.

Le Britannique Lewis Hamilton a survolé les premières séances d’essais libres vendredi enregistrant un temps de 1 min 14,212 sec, soit presque deux dixièmes de seconde de mieux que le temps qui lui avait assuré la pôle position au départ de la course de l’an dernier qu’il avait remportée.

Sebastian Vettel a fait le deuxième meilleur temps avec sa Ferrari, à un quart de seconde de Hamilton. L’Allemand bénéficie d’une nouvelle évolution de son moteur censée lui apporter plus de puissance sur un circuit Gilles-Villeneuve qui en demande justement.

L’autre pilote Mercedes, Nico Rosberg, n’a pas pu faire mieux vendredi que le troisième temps, à presque une demi-seconde de son coéquipier. Cet autre Allemand ne s’est pas montré inquiet outre mesure d’être derrière une voiture au cheval cabré vendredi, rappelant que les flèches d’argent ont l’habitude de continuer de gagner des dixièmes de seconde ici et là tout au long des week-ends de course.

Une piste atypique
Les Mercedes ont dominé le championnat depuis le début de l’année avec 5 poles positions en six courses qui ont mené à quatre victoires de Nico Rosberg et une du champion du monde en titre, Lewis Hamilton. L’équipe allemande trône au sommet du classement avec un total de 188 points (106 pour Rosberg et 82 pour Hamilton), suivie des Ferrari avec 121 points (dont 60 pour Vettel) et des Red Bull avec 112 points.

Cette dernière équipe a continué de bien faire vendredi. Sa nouvelle et jeune sensation, Max Verstappen, 18 ans, a inscrit le 4e meilleur temps, tout juste devant son coéquipier, Daniel Ricciardo.

Dessinée il y a presque 40 ans, le circuit Gilles-Villeneuve de l’île Notre-Dame est devenu aujourd’hui une piste atypique du championnat de F1 avec ses longues lignes droites brisées par une succession de virages et de chicanes serrés faisant de cette course une série de longues accélérations et de freinages marqués. Les voitures aux moteurs les plus puissants y ont l’avantage. Les pneus, les freins ainsi que la consommation d’essence y sont durement testés.

Les écuries risquent également de voir leur travail compliqué par les éléments cette fin de semaine, la météo annonçant un mélange de temps de plus en plus froid, venteux et peut-être même pluvieux.

 

Consultez tous nos textes sur le Grand Prix du Canada