Autobus gratuit: les cégeps misent plutôt sur les rabais

Cette semaine, l’Université Laval révélait que le nouveau laissez-passer universel (LPU) connaissait déjà un certain succès sur le campus.
Photo: Yan Doublet Le Devoir Cette semaine, l’Université Laval révélait que le nouveau laissez-passer universel (LPU) connaissait déjà un certain succès sur le campus.

Les cégeps de la région de Québec ne sont pas prêts à emboîter le pas à l’Université Laval en offrant aux étudiants un laissez-passer universel. Mais en attendant, ils offriront tous à l’automne une même « passe de session » à rabais.

« Le modèle et le succès du laissez-passer universel [de l’Université Laval] nous intéressent », a expliqué cette semaine la porte-parole du Cégep de Sainte-Foy Geneviève Bastien. « Mais pour l’instant nous sommes engagés dans un projet de 3 ans avec le RTC [Réseau de transport de la capitale]. »

Ce projet, qui touche aussi le Cégep Limoilou, permet aux étudiants d’avoir accès à une « passe de session » à rabais de 155 $ pour 17 semaines. Lancée il y a un an, la nouvelle passe est utilisée par le tiers des étudiants de Sainte-Foy.

Un succès qui a convaincu les étudiants du Cégep Garneau d’y adhérer. Ainsi, à compter de l’automne, il offrira, lui aussi, la passe au même prix.

La passe de session est financée en partie par les cégeps et par une cotisation étudiante d’une dizaine de dollars par session.

À Garneau, par exemple, les étudiants ont voté pour une cotisation allant jusqu’à 20 $ mais on commencera par retirer 12 $ par session lors du début du projet à l’automne, a expliqué la porte-parole Hélène Aubin.

Au Cégep Limoilou, on ne prévoit pas non plus changer de formule dans l’immédiat si ce n’est pour étendre l’offre aux étudiants en formation continue, a indiqué la porte-parole.

À suivre dans deux ans

Cette semaine, l’Université Laval révélait que le nouveau laissez-passer universel (LPU) connaissait déjà un certain succès sur le campus, le nombre de voyages en bus par des étudiants étant passé de 3,7 millions à 4,3 millions.

Questionné sur la possibilité de reprendre la formule dans les cégeps, le président du RTC, Rémy Normand, s’était montré intéressé. « S’il y a d’autres institutions d’enseignement qui veulent le faire, on est très ouverts à s’asseoir et regarder ça », avait-il dit en notant toutefois que la formule de rabais de la passe de session fonctionnait aussi « très bien ».

Étant donné que la passe de session s’inscrit dans un projet-pilote de trois ans, la question sera nécessairement rediscutée pour 2021-2022. « Au terme de notre projet pilote, nous tenterons certainement de maintenir et améliorer le service auprès des étudiants. Le LPU fera partie des options à explorer pour bien servir notre communauté », explique-t-on au Cégep Sainte-Foy.