Une navette fluviale entre en service à Montréal

Le service de navette sera offert tous les jours, jusqu’au 28 septembre.
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir Le service de navette sera offert tous les jours, jusqu’au 28 septembre.

Les piétons et les cyclistes qui désirent faire le trajet entre le Vieux-Port de Montréal et Pointe-aux-Trembles peuvent depuis dimanche emprunter une navette fluviale.

C’est par une température clémente que les premiers usagers ont pu utiliser le service. Le projet-pilote qui a été mis sur pied conjointement par la Société des traversiers du Québec (STQ), le ministère des Transports du Québec, la Société de transport de Montréal (STM), l’Autorité régionale de transport métropolitain, la Ville de Montréal et l’arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles.

La STQ a octroyé en mai dernier un contrat de 7 millions de dollars sur trois ans à l’entreprise Croisières Navark. Le service de navette sera offert tous les jours, jusqu’au 28 septembre. Il relie le quai Jacques-Cartier, dans le Vieux-Port, au quai Saint-Jean-Baptiste, dans l’arrondissement Pointe-aux-Trembles. Des départs sont prévus toutes les 30 minutes aux heures de pointe, et une fois l’heure durant la journée et les fins de semaine.

« Dans de belles conditions, pour descendre vers Pointe-aux-Trembles, avec le courant, on a mis 24 minutes ce matin. En montant, on a mis entre 27 et 28 minutes », a déclaré au Devoir Gilles Tanguay, capitaine chez Croisières Navark. « Ce qui est long, c’est l’embarquement et le débarquement », a-t-il constaté.

Éviter la congestion routière

L’un des passagers, Roland Picard, est un chauffeur retraité de la STM. Monté à bord avec son vélo, il estime que le service de navette séduira plusieurs usagers. « Je faisais la navette à partir de Pointe-aux-Trembles en autobus. On était toujours pris dans le trafic », s’est-il souvenu, en ajoutant devoir souvent prendre des détours. « Les gens étaient patients, mais je pense qu’ils vont préférer la navette », a-t-il prédit.

Ce sont 47 passagers, en incluant 15 cyclistes et leur vélo, qui peuvent monter à bord du bateau, a expliqué Sophie Asselin de la STQ. Un porte-parole de la société des transports a également déclaré au Devoir que le public cible était surtout celui des travailleurs et des étudiants résidant dans l’est de l’île de Montréal, dans le but de réduire la congestion routière dans la métropole.

3,50$
C’est le prix, par piéton, d’un billet pour un aller simple.

D’autres usagers, comme Michel Ransinangue, ont décidé d’utiliser le service pour découvrir un coin de l’île méconnu. « J’avais envie avec ma fille de faire une balade sur le fleuve et de venir dans un coin que je ne connais pas beaucoup parce que c’est long, en voiture », a-t-il expliqué au sujet de la durée du trajet pour venir jusqu’à Pointe-aux-Trembles.

« Cette navette pourrait être incluse dans le forfait de la STM. Comme ça, les gens pourraient la prendre le matin et revenir le soir. Il y a une demande pour ça, quitte à payer un peu plus », a pour sa part déclaré Ciungara Dragos, qui réside dans le secteur de Tétreaultville.

Pour l’instant, les billets sont vendus à l’unité seulement. Mme Asselin a expliqué que la porte était toutefois ouverte à l’éventualité d’offrir un abonnement aux usagers.

Le projet fait suite à un essai mené l’an dernier durant cinq jours, et servira de base en vue d’un service permanent. Jusqu’au 18 juin, Croisières Navark et la STQ évalueront les conditions réelles de service, dans le but d’y apporter des modifications, si nécessaire.

Les achats de billets peuvent être faits en ligne au navark.ca ou en personne aux lieux d’embarquement, au prix de 3,50 $ par piéton ou de 4,50 $ par cycliste.