Un sous-variant du Delta inquiète les autorités sanitaires du Royaume-Uni

Une nouvelle mutation du variant Delta inquiète des scientifiques au Royaume-Uni.
Centres pour le contrôle et la prévention des maladies des États-Unis / AFP Une nouvelle mutation du variant Delta inquiète des scientifiques au Royaume-Uni.

Un sous-variant du Delta qui se propage au Royaume-Uni inquiète les autorités sanitaires du pays. La nouvelle forme du virus semble a priori plus transmissible, mais pas plus dangereuse.

Le variant « AY4.2 » représentait la semaine dernière 6 % des cas totaux au Royaume-Uni, a précisé dans son bulletin hebdomadaire la UK Health Security Agency, qui l’a classé comme « variant en cours d’investigation ».

Il ne représente donc pas un « variant inquiétant » et n’est pas pour le moment affublé d’une lettre grecque.

« Des éléments préliminaires semblent prouver qu’il présente un taux de transmission plus élevé par rapport au Delta », a expliqué l’agence de santé publique britannique.

« Des preuves supplémentaires sont nécessaires pour déterminer si c’est lié à un changement dans le comportement du virus ou aux conditions épidémiologiques », a-t-elle ajouté.

En revanche, ce variant ne provoque pas plus d’hospitalisations et « ne semble pas causer de version plus grave de la maladie ou rendre les vaccins actuellement distribués moins efficaces ».

Ce nouveau variant n’apparaît donc pas comme susceptible de modifier la trajectoire de la pandémie. Mais le variant AY.4.2 prouve que le SRAS-CoV-2 possède encore le potentiel d’évoluer vers de nouvelles mutations plus transmissibles.



À voir en vidéo