Le milliardaire Richard Branson a réussi son vol dans l’espace

Environ 500 personnes ont assisté au vol de Richard Branson (à gauche), dont l’ancien astronaute canadien Chris Hadfield (à droite).
Photo: Andres Leighton Associated Press Environ 500 personnes ont assisté au vol de Richard Branson (à gauche), dont l’ancien astronaute canadien Chris Hadfield (à droite).

Après toute une vie passée à rêver de s’envoler vers l’espace, voilà que le grand patron de Virgin, Richard Branson, a finalement concrétisé son rêve dimanche avant-midi à bord d’un vaisseau spatial appartenant à sa société Virgin Galactic.

Le milliardaire britannique, amateur de sensations fortes, et cinq employés, ont atteint une altitude d’environ 86 kilomètres au-dessus du désert du Nouveau-Mexique, assez pour vivre trois à quatre minutes d’apesanteur et voir la courbure de la Terre. Ils sont ensuite revenus en toute sécurité.

« Le tout, c’était juste magique », a commenté l’homme d’affaires, après le voyage de retour à bord de l’avion spatial blanc et élégant, nommé Unity.

Le décollage a eu lieu aux alentours de 11h30. Le temps de vol a été estimé à environ 15 minutes, soit à peu près aussi longtemps que le premier vol spatial américain d’Alan Shepard en 1961.

Branson, qui célébrera son 71e anniversaire de naissance dans une semaine, est ainsi devenu la première personne à décoller dans son propre vaisseau spatial, battant le milliardaire américain Jeff Bezos de neuf jours. Il est également devenu le deuxième septuagénaire à aller dans l’espace. L’astronaute John Glenn a volé dans l’espace à 77 ans en 1998.

Le milliardaire ne devait pas s’envoler dans l’espace avant la fin de l’été. Le fondateur du groupe Virgin Group a cependant devancé ses plans après que Bezos eût annoncé son intention d’aller dans l’espace avec une navette de sa propre société Blue Origin, le 20 juillet prochain, à partir du Texas.

Il n’en fallait pas plus pour raviver la rivalité entre Branson et le fondateur d’Amazon qui ont tous deux investi des sommes colossales pour promouvoir le tourisme spatial.

Sur les réseaux sociaux, Bezos avait tout de même souhaité à son compétiteur un vol sécuritaire et réussi. À la suite de l’atterrissage, il a félicité l’entrepreneur et son équipe.

L’autre principal rival de Branson dans la course au tourisme spatial, Elon Musk de l’entreprise américaine SpaceX, est venu au Nouveau-Mexique pour assister au vol, en souhaitant sur Twitter bonne chance au Britannique.

Dans l’attente du tourisme spatial

Un avion à double fuselage, auquel était accroché l’appareil de Virgin Galactic, a décollé lors de la première étape du vol. Unity s’est ensuite détaché de l’avion porteur à une altitude 13 kilomètres et a déclenché son moteur, atteignant trois fois la vitesse du son, alors qu’il traversait le début de l’espace.

Environ 500 personnes, comprenant des membres de la famille de Branson, ont assisté à l’exploit, dont l’ancien astronaute canadien Chris Hadfield.

Il a qualifié cet accomplissement d’incroyable et de grand moment puisqu’elle ouvre la porte à de nouvelles possibilités.

Branson a affirmé que ce voyage aller-retour dans l’espace va sécuriser les gens face au tourisme spatial alors que déjà plus de 600 personnes ont réservé leur place pour de futurs voyages dans l’espace, déboursant des centaines de milliers de dollars.

La société britannique Virgin Galactic ne compte pas transporter des touristes vers l’espace avant l’an prochain.

Pour sa part, la société américaine Blue Origin, de Bezos, n’a pas encore amorcé la vente de billets ou affiché sa liste de prix. Un gazouillis sur Twitter la semaine dernière vantait toutefois une expérience inouïe pour ses futurs clients, permettant à ces derniers d’aller plus haut et d’avoir accès à de plus grandes fenêtres.

SpaceX, qui a déjà envoyé des astronautes vers la station spatiale pour la NASA, prévoit transporter des touristes dans des voyages beaucoup plus longs : ils iront en orbite autour de la Terre pendant des jours, avec des sièges coûtant des millions de dollars. Son premier vol privé est prévu pour septembre.

Virgin Galactic s’est rendu dans l’espace pour la première fois en 2018, puis la société britannique a répété l’expérience en 2019 et en mai dernier, à chaque fois avec un équipage restreint.

Elle a reçu le mois dernier l’autorisation de la Federal Aviation Administration, qui contrôle l’aviation civile aux États-Unis, pour le transport de passagers.

À voir en vidéo