À chaque baleine sa voix

Chaque baleine blanche a une voix unique au monde, a récemment évalué un groupe de scientifiques russes à l'occasion de recherches conduites sur la mer Blanche. Une découverte qui pourrait permettre aux chercheurs d'estimer avec une plus grande justesse la population du grand cétacé.

«Les individus d'une population de baleines blanches peuvent être différenciés à partir du son de leur voix pratiquement comme on le fait avec les humains», ont expliqué les chercheurs V. M. Belkovich et S. A. Kreichi, de l'Institut océanographique Shirshov, en Russie.

Chaque année, les scientifiques de l'institut observent les mammifères évoluer dans la mer Blanche depuis leur station d'observation située sur l'île Bolshoi Solovetskii. C'est là qu'une population de baleines blanches, incluant des femelles et des baleineaux, a choisi de jeter l'ancre. Ces conditions particulières ont permis aux chercheurs d'identifier et de distinguer toutes les voix des cétacés qui y vivent.

Comme la voix humaine

Pour ce faire, ils se sont dotés d'un système acoustique comprenant un hydrophone, un amplificateur et un enregistreur digital permettant de tenir un registre de toutes leurs communications. Concrètement, ces communications peuvent être comparées à des sons humains.

En effet, la baleine blanche émet une quantité de sons et de bruits qui rappellent la voix humaine: des sifflements, des claquements de langue, des bruits sourds, des hoquets et des bruits secs. Tous ces sons peuvent être aménagés en blocs qui, eux-mêmes, peuvent être groupés selon un ordre hiérarchique. Puisque certains blocs sont souvent répétés, les scientifiques croient que ceux-ci peuvent être comparés à des syllabes, des syllabes qui peuvent éventuellement faire des mots.

À l'aide d'un programme permettant d'analyser le langage, ils ont pu établir une grammaire régissant le langage des baleines blanches. C'est au cours de cette analyse qu'ils ont découvert que chaque baleine avait un ton qui lui était propre, une marque acoustique qui lui servirait en quelque sorte de signature.

Leurs observations ont montré que les baleines ayant un ton aigu formaient 20 % de la population, celles qui avaient un ton modéré 50 % et celles qui avaient un ton grave 30 %. Un ratio semblable à celui des humains.

Forts de cette nouvelle connaissance, les scientifiques ont évalué la population locale à une quarantaine d'individus. Une donnée qui coïncide avec les données visuelles recueillies peu après sur le terrain.