«Je suis complètement abasourdi par tout ce que j’ai vu»

Depuis l’autobus qui l’amenait à la fusée, l’astronaute québécois David Saint-Jacques a salué sa famille avant d’entreprendre un voyage de plus de six mois dans l’espace.
Photo: Kirill Kudryavtsev Agence France-Presse Depuis l’autobus qui l’amenait à la fusée, l’astronaute québécois David Saint-Jacques a salué sa famille avant d’entreprendre un voyage de plus de six mois dans l’espace.

Près de dix ans après avoir été recruté par l’Agence spatiale canadienne, l’astronaute québécois David Saint-Jacques a vu ses années d’entraînement porter ses fruits lundi. La capsule Soyouz à bord de laquelle il a décollé en début de journée s’est amarrée sans encombre à la Station spatiale internationale (SSI), marquant le début d’une mission scientifique de six mois et demi.

À 14 h 37 (heure de Montréal), l’Allemand Alexander Gerst, qui commande le trio d’astronautes de l’Expédition 57, a ouvert la porte de la SSI pour y laisser entrer ses trois nouveaux occupants : l’Américaine Anne McClain, le Russe Oleg Kononenko et le Québécois David Saint-Jacques. Celui-ci est ainsi devenu le troisième Canadien à prendre part à une mission spatiale de longue durée, après Chris Hadfield et Robert Thirsk.

Les trois astronautes étaient tout sourire au moment d’entrer dans l’habitacle, où ils ont distribué les accolades et immortalisé le moment en photos. L’émotion était toujours palpable quelques minutes plus tard, lorsqu’ils se sont réunis devant la caméra pour s’adresser à leurs proches.

« Je t’aime, je suis fière de toi, je suis fière de nous et je suis fière de toute l’équipe qu’il y a derrière cette mission », a lancé Véronique Morin à son conjoint désormais en orbite autour de la Terre.

« C’est une vague énorme qui m’a emmené jusqu’ici. C’était tout un voyage, ça ne fait que commencer. Je manque de mots, a répondu David Saint-Jacques, vêtu d’une combinaison ornée d’une feuille d’érable. Je vais pouvoir mieux m’exprimer demain. Pour le moment, je suis complètement abasourdi par tout ce que j’ai vu dans les six dernières heures. »

Amarrage réussi

Au terme d’un entraînement intensif qui aura duré deux ans et demi, David Saint-Jacques, 48 ans, a pris son envol lundi matin à 6 h 31 de Baïkonour au Kazakhstan à bord de la fusée Soyouz MS-11. Le décollage s’est déroulé sans problème et la capsule abritant les trois membres de l’équipage s’est retrouvée en orbite neuf minutes plus tard.

L’engin a fait le tour de la Terre quatre fois avant de s’amarrer à la Station spatiale internationale à 12 h 33. Une opération délicate consistant à aligner deux véhicules se déplaçant à près de 30 000 km/h. L’équipage de la mission Expédition 58 a pu entrer dans la SSI deux heures plus tard, lorsque la pression entre la station et la capsule a pu être équilibrée.

Le responsable de l’exploration et des opérations humaines de la NASA, William Gerstenmaier, s’est dit satisfait du déroulement de la journée, surtout après l’incident du 11 octobre dernier. Ce jour-là, le vol d’une fusée Soyouz transportant deux astronautes qui se dirigeaient vers la SSI avait dû être interrompu après deux minutes en raison d’un capteur endommagé.

« Il faut rendre hommage à l’équipe internationale qui a réglé le problème. Ce n’était pas facile, nous ne savions pas exactement ce qui s’était passé », a-t-il affirmé.

M. Gerstenmaier a admis être nerveux avant chaque décollage, comme à la veille d’un examen final. « Tu as fait tout ce que tu peux, tu as étudié toute la nuit et tu es prêt à passer l’examen. C’est la situation dans laquelle nous nous sommes retrouvés ce matin, a-t-il expliqué. Nous avons eu une bonne note aujourd’hui. »