Des bactéries altruistes?

Se suicider pour le plus grand bien du groupe : c’est l’étrange geste posé par des bactéries. D’un point de vue froidement darwinien, le suicide n’a pas de sens lorsqu’il est commis par un être vivant qui pourrait encore engendrer une descendance. Mais des biologistes qui se penchent sur la bactérie E. coli ont pu confirmer un vieux soupçon : chez elles, le suicide peut avoir un impact positif.

Ils ont comparé deux souches, l’une qui s’autodétruit lorsqu’elle est infectée par un virus mortel, et l’autre qui ne le fait pas. Il se trouve que celle qui ne s’autodétruit pas finit néanmoins par mourir, mais pas avant d’avoir transféré le virus à d’autres bactéries. La solution « altruiste » a donc pour résultat de limiter les dégâts dans le reste de la colonie.

À voir en vidéo