La voix, ce second visage

Source: Timm Schamberger AFP
Chez la femme, en une seconde seulement, les cordes vocales oscillent 200 fois. Chez l’homme, on compte de 100 à 120 vagues par seconde. Un ballet complexe qui, s’il n’est pas réglé au quart de tour, s’encrasse, s
Photo: Source: Timm Schamberger AFP Chez la femme, en une seconde seulement, les cordes vocales oscillent 200 fois. Chez l’homme, on compte de 100 à 120 vagues par seconde. Un ballet complexe qui, s’il n’est pas réglé au quart de tour, s’encrasse, s

«La voix est un second visage», a noté — fort joliment d'ailleurs — l'écrivain français Gérard Bauër. Un visage qui, parce qu'il est caché, est constamment maltraité, aurait pu ajouter la Dre Karen Kost. Dans son Laboratoire de la voix, l'oto-rhino-laryngologiste de l'Hôpital général de Montréal constate tous les jours les conséquences de la négligence commise à l'égard d'un organe qui commande pourtant des précautions quotidiennes.

Des précautions quotidiennes? La formule semble quelque peu exagérée; pourtant, la Dre Kost y tient mordicus. «La voix est tenue pour acquise par tous et pourtant elle peut se braquer à tout moment. D'ailleurs, une large proportion de ceux qui souffrent de problèmes aux cordes vocales l'ignorent. Pour eux, avoir la voix éteinte le soir ou avoir un timbre rugueux ou sifflant, c'est la normalité, alors que tout cela généralement se corrige.»

Très souvent, les patients de la Dre Kost ne prennent véritablement conscience de leur mal que lorsqu'ils voient celui-ci multiplié par dix sur l'écran couleur de son laboratoire. «La beauté de notre technologie, c'est que les gens peuvent voir l'état de leurs cordes vocales en direct et le comparer à celui de cordes vocales saines. Sans ce "reality check", il leur est difficile de concevoir l'étendue des dégâts et n'ont aucun désir de changer leurs habitudes.»

C'est que les agresseurs des cordes vocales sont non seulement méconnus mais multiples. Outre la cigarette, la pire ennemie de la voix, selon la directrice du Laboratoire, viennent aussi l'alcool, le café, la cuisine épicée et les produits chimiques. S'ajoutent également le stress, le manque de sommeil, le surmenage, la sécheresse de l'air, la pollution, les allergies, les moisissures ainsi que l'hypersensibilité aux produits chimiques. Ouf!

Jumelé à un mauvais usage de la voix, tous ces facteurs peuvent mener au développement de nodules, de polypes, de kystes, d'ulcères ou même de tumeurs cancéreuses. Le hic, c'est que ces maux sont souvent sans douleur, si bien qu'ils sont pris à la légère par plusieurs, même après être passés sous le bistouri. «Une chirurgie ne suffit pas. Le patient doit s'astreindre à une rééducation et changer ses habitudes, sinon, six mois plus tard, je vais le retrouver sur cette même chaise, dans le même état», déplore la Dre Kost.

Pour tous, la voix est une signature, un trait de personnalité aimé ou honni. Pour certains, elle est même l'assise essentielle d'une carrière. Les patients qui fréquentent le laboratoire ultraspécialisé sont d'ailleurs en majorité des gens qui vivent littéralement de leur voix: professeurs, chanteurs, comédiens, politiciens, avocats, journalistes ou spécialistes du télémarketing.

Ceux-là sont des athlètes vocaux aux yeux de la Dre Karen Kost. «À l'instar des coureurs qui n'entreprendraient pas le marathon sans s'être préparés ni avoir entraîné muscles et articulations, l'entraînement et la discipline s'imposent lorsqu'on doit faire un usage intensif de sa voix».

La voix humaine est le résultat de la vibration de deux ligaments délicats placés côte à côte dans le larynx, derrière la pomme d'Adam et au-dessus de la trachée. Le son produit monte et descend en fonction de la tension ou du relâchement des cordes vocales, à la manière des cordes d'une guitare. Chez la femme, en une seconde seulement, les cordes vocales oscillent 200 fois. Chez l'homme, on compte de 100 à 120 vagues par seconde. Un ballet complexe qui, s'il n'est pas réglé au quart de tour, s'encrasse, se bloque, s'essouffle.

Par la chirurgie, l'oto-rhino-laryngologiste peut non seulement modeler la voix afin de lui rendre son timbre d'origine mais aussi la modifier pour la rendre plus basse ou plus aiguë. Impossible toutefois de faire d'une chanteuse une diva. «C'est un monde fascinant qui garde encore beaucoup de mystères. Comment Céline Dion fait-elle pour produire une voix comme la sienne avec un organe qui est très semblable au mien ou au vôtre? Nous l'ignorons encore», admet la Dre Kost.

Ce qui n'empêche pas la clinique de rééducation du labo de faire de véritables petits miracles en donnant aux chanteurs, mais aussi aux quidams, les outils nécessaires pour se surpasser. «C'est surprenant ce qu'on peut faire faire à la voix avec un peu d'entraînement. Évidemment, on ne peut pas faire de tous des Pavarotti, mais on peut étendre le registre d'un individu, qu'il soit chanteur ou non, assez facilement», assure la spécialiste.

La prévention et la rééducation sont aussi parfois le seul moyen de préserver une carrière sur laquelle repose un timbre qui vaut son pesant d'or. «Nous voyons des chanteurs dont les nodules donnent un certain caractère à leur voix. Pour eux, le retour d'une voix claire serait catastrophique; il faut donc savoir leur donner des outils pour fonctionner tout en préservant la personnalité de leur timbre.»

Quand l'actrice et chanteuse Felicia Shelman a posé le pied pour la première fois dans le laboratoire de la Dre Kost il y a trois ans, c'était avec l'idée que ce serait un examen de routine. Sur le plateau de Watatow, cette année-là, sa voix lui paraissait moins claire, elle brisait à l'occasion, se fatiguait le soir, sans plus.

Mais quand elle a vu l'état de ses cordes vocales, Felicia a eu un choc. À l'écran, un kyste était bien visible sur ses cordes vocales rougies et encrassées. Verdict: non seulement une chirurgie était nécessaire, mais un changement draconien de ses habitudes de vie était aussi requis.

«Je n'avais jamais fait attention à ma voix, je buvais et je fumais beaucoup, je dormais peu. La chirurgie et les séances de rééducation m'ont remise dans le bon chemin, raconte-t-elle, sa bouteille d'eau à la main. Les cordes vocales sont comme des plantes, il faut les arroser fréquemment et abondamment», lance-t-elle en boutade, depuis la salle d'attente.

Visiblement ravie de voir que son message est passé, la Dre Kost sait toutefois qu'il y a encore bien des patients à convaincre. «Il est facile de s'acheter une sécurité, boire de l'eau, éviter l'alcool et le café, reposer sa voix, écouter. Le hic, c'est que la plupart des gens ignorent ce qu'il faut faire pour garder leur voix en santé», regrette la spécialiste.

Et il ne faut pas croire que la négligence restera sans effets. Lorsque des blessures ou des traumatismes guérissent mal, ils peuvent laisser des cicatrices qui vont affecter la voix et contre lesquelles les spécialistes sont parfois impuissants. Comme quoi, comme le veut l'adage, le silence est parfois d'or quand il s'agit de préserver la beauté de ce «second visage» qu'est la voix humaine.