Legault déplore un «relâchement général»

Le premier ministre François Legault
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le premier ministre François Legault

Le premier ministre du Québec, François Legault, déplore le « relâchement général » observé face aux mesures sanitaires ces derniers jours et appelle les Québécois à respecter les consignes pour éviter un reconfinement ou la fermeture des écoles.

Alors que le plus récent bilan fait état de 140 nouveaux cas de COVID-19 et d’éclosions dans plusieurs régions, François Legault et le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, pressent la population de revenir au strict respect des consignes. Car il y aura dans les prochaines semaines des « moments critiques », a insisté le premier ministre.

« Il y a un relâchement général au Québec. C’est un peu normal, ça fait six mois que les gens font des efforts. C’est […] normal qu’on soit fatigués des consignes. Le virus rôde toujours. On doit absolument empêcher que ça redevienne comme c’était aux mois de mars, avril, mai », a-t-il mis en garde lors d’un point de presse à Montréal, accompagné d’un graphique affichant l’évolution des six derniers mois et la résurgence des derniers jours.

« Dans la première moitié du mois d’août, on a eu une baisse de nouveaux cas. Depuis deux semaines, on a une augmentation du nombre de cas. Il n’y a pas de cause unique », affirme le premier ministre. Contrairement aux éclosions reliées aux bars en juillet, le sursaut actuel découle d’une diversité d’événements sociaux, certains en milieux de travail, d’activités sportives ou récréatives et, entre autres, d’un mariage.

Suivez l'évolution de la COVID-19 au Québec

Consultez notre tableau de bord interactif
 

Les nouveaux cas ne se concentrent plus dans la métropole et ont été recensés dans 5 à 6 régions du Québec, à la suite de réunions familiales ou amicales, a précisé le ministre de la Santé. Les gens se disent : “on est entre amis, ce n’est pas grave”. Ce n’est pas acceptable », a précisé le ministre Dubé.

Suivez l'évolution de la COVID-19 au Québec

Consultez notre tableau de bord interactif

« Je ne veux pas être obligé de reporter de chirurgies dans les hôpitaux, de fermer les entreprises et que des Québécois perdent leur manière de gagner leur vie. Et surtout, surtout, je ne veux pas fermer les écoles. Gardons ça en tête, on doit ça à nos enfants », a renchéri le premier ministre.

Les adultes qui font fi des règles sanitaires sont plus à risque d’infecter des jeunes d’âge scolaire que le contraire. Porter le masque et limiter les rassemblements privés à 10 personnes sont plus impératifs que jamais pour que les élèves puissent demeurer à l’école, affirme François Legault.

Éclosions multiples

Ces nouvelles éclosions surviennent au moment où de nombreux citoyens baissent la garde. Le ministre Dubé a cité en exemple l’éclosion survenue à Québec, après la tenue d’une soirée karaoké. « Dans les 140 cas d’aujourd’hui, 10 cas sont liés au karaoké, et il y en aura d’autres. C’est pénalisable, ce n’est pas correct. C’est ça que les gens doivent réaliser », a-t-il déploré. « Les gens se passaient le micro », a expliqué le ministre.

Le gouvernement songe à instaurer des amendes pour prévenir de tels comportements. « On n’exclut rien », a renchéri François Legault, qui envisage, avec la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guibault, de donner aux policiers les « moyens » nécessaires pour sévir.

Selon le ministre Dubé, le relâchement récent risque de mettre en péril la capacité de la Direction générale de la santé publique à retrouver rapidement tous les cas.

Par ailleurs, tant François Legault que Christian Dubé ne s’inquiètent pas de l’effet de la rentrée scolaire sur le nombre de cas. On s’attend à des éclosions isolées aux « groupes-classes ». L’expérience de juin dernier a démontré que la transmission en milieu scolaire peut être maîtrisée, disent-ils.
Le Dr Richard Massé, directeur médical à la Direction nationale de la santé publique, a précisé à ce sujet que la moitié des cas des derniers jours découlent de la transmission communautaire et non de contacts liés à la rentrée. « Les enfants de moins de 10 ans se transmettent peu le virus entre eux et ne sont pas tellement malades. Les faits [montrent] que les enfants sont dans une situation différente des jeunes adultes », a expliqué le Dr Massé.

Le bilan du jour

Ce sont 140 nouveaux cas de coronavirus qui ont été enregistrés au Québec lundi, pour un total de 62 492 personnes infectées dans la province depuis le début de la crise. Un décès est survenu dans les 24 dernières heures, auquel s’ajoute un autre décès survenu entre le 24 et le 29 août, pour un total de 5760 morts. Le nombre d’hospitalisations a diminué de quatre par rapport à la veille, avec un cumul de 112. Dix-huit patients se trouvent aux soins intensifs, une augmentation de deux. On comptait 29 841 cas sur l’île de Montréal depuis le début de la pandémie, une augmentation de 25 par rapport à la veille. Onze infections s’étaient ajoutées dans la région de Laval et 18 en Montérégie.

La Presse canadienne


À voir en vidéo