Un vaccin gratuit pour protéger les services oncologiques

Près de 70% des patients atteints de cancer ont vu notamment leurs suivis, leurs examens d’imagerie ou même leurs chirurgies reportés.
Photo: Getty Images/iStockphoto Près de 70% des patients atteints de cancer ont vu notamment leurs suivis, leurs examens d’imagerie ou même leurs chirurgies reportés.

Pour éviter que les patients atteints de cancer ne fassent à nouveau les frais de la pandémie, la Coalition priorité cancer au Québec (CPCQ) souhaite que Québec procède, avant l’arrivée d’une deuxième vague, à la vaccination universelle de la population contre l’influenza et la pneumonie.

L’immunisation à large échelle, estime cet organisme de lutte contre le cancer, permettrait d’éviter une nouvelle paralysie du réseau hospitalier en cas de résurgence de cas de COVID-19, avant que les épidémies saisonnières de grippe et de pneumonie ne battent leur plein.

L’hiver dernier, près de 70 % des patients atteints de cancer ont vu notamment leurs suivis (35 %), leurs examens d’imagerie (15 %) ou même leurs chirurgies (8 %) reportés en raison du délestage massif d’activités médicales exercé dans les hôpitaux pour traiter les victimes de la COVID-19. C’est du moins ce qu’indiquait un sondage réalisé en avril par la CPCQ auprès d’environ 600 patients. Cette mise à l’arrêt (plus de 6000 chirurgies reportées par semaine) a eu un effet néfaste sur l’évolution de la maladie chez plusieurs patients, et cette erreur ne doit pas être répétée, affirme Eva Villalba, directrice générale de cette coalition.

« Nous devons tirer des leçons des trois derniers mois et éviter de répéter ce que nous venons de vivre. Chaque hiver, les urgences débordent en raison de l’influenza et il faudra composer en plus avec la COVID-19. Il serait inacceptable de voir à nouveau les services oncologiques mis en suspens », affirme-t-elle.

Recommandations

Dans une série de recommandations remises vendredi dernier au ministère de la Santé, cette coalition prône l’accès gratuit pour tous aux vaccins contre l’influenza et contre le pneumocoque. « La pneumonie entraîne 135 000 visites aux urgences au Canada, et une hospitalisation d’une durée moyenne de 11,5 jours. Vacciner à large échelle aurait une incidence majeure pour maintenir notre système de santé à flot », ajoute Mme Villalba.

Les pharmaciens communautaires pourraient être mis à contribution pour cette opération d’immunisation à large échelle, affirme la CPCQ, qui recommande également que certains traitements, notamment la chimiothérapie sous perfusion, puissent être reçus hors des hôpitaux, dans les CLSC ou par l’entremise des services à domicile.

« On ne peut savoir s’il y a eu surmortalité due au cancer, car nous n’avons pas de registre national sur le cancer, ni accès à des chiffres en temps réel », déplore la Dre Marie-Pascale Pomey, professeure de santé publique à l’Université de Montréal. « On sait que les chirurgies ont été très au ralenti, car le personnel et les lits d’hospitalisation étaient mobilisés pour faire face à la pandémie. On sait aussi que le programme de dépistage du sein a été suspendu presque trois mois. Il faudra suivre cela de près, à moyen et à long terme, pour voir s’il y aura à terme une surmortalité chez les femmes atteintes de cancer du sein. » Le Programme québécois de dépistage du sein a repris son cours au début du mois de juin.

Des soins inaccessibles

Même si environ 70 % des chirurgies oncologiques ont maintenant repris leur cours normal, plusieurs patients continuent de subir les contrecoups de la pandémie, physiquement et moralement.

C’est le cas de Kim Rondeau, 29 ans, à qui on a diagnostiquée un cancer du sein triple négatif en juillet 2019, une forme rare et fulgurante de cancer. Après avoir subi une mastectomie partielle et un traitement de chimiothérapie l’automne dernier, Kim a entamé des discussions avec sa chirurgienne en janvier 2020 pour obtenir une mastectomie complète et une reconstruction des deux seins afin d’éliminer tout risque de récidive.

Photo: Photo fournie Kim Rondeau

« Je devais être opérée en avril, mais avec la COVID-19, tout s’est compliqué. Personne ne me donnait de nouvelles. Un mois plus tard, j’ai su par la bande que cette opération était considérée comme “non urgente” par le ministère de la Santé, parce que j’avais déjà eu une autre opération et que celle-ci était maintenant considérée comme un soin préventif », déplore Kim.

Même si elle a pu obtenir un excellent suivi de son infirmière pivot et de son oncologue, la jeune femme déplore que la chirurgienne ne l’ait jamais rappelée. « Ce n’est pas un petit cancer de rien du tout que j’ai eu. Si je retarde la double mastectomie, est-ce que je risque une récidive ? Je vis beaucoup d’inquiétude et je me sens parfois bien seule pour prendre des décisions », affirme cette jeune patiente qui, faute de chirurgie, a amorcé un autre traitement de chimiothérapie préventif qui l’expose toutefois à des complications plus graves si jamais elle contractait la COVID-19.

Deux millions de doses

Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a fait savoir lundi que la quantité de vaccin contre l’influenza commandée de concert avec les autres provinces canadiennes avait été augmentée récemment en prévision de la campagne d’immunisation 2020-2021.

Le Québec s’attend à recevoir 2 millions de doses cette année, mais il y a des « limites aux quantités supplémentaires qui peuvent être obtenues à ce moment-ci », compte tenu des délais de fabrication de plusieurs mois, a fait savoir au Devoir le ministère de la Santé par courriel.

Le ministère ne prévoit pas pour l’instant rectifier son tir, mais prévoit renforcer ces programmes de sensibilisation à la vaccination contre l’influenza auprès des clientèles les plus vulnérables, notamment les enfants et adultes atteints de maladies chroniques, les femmes enceintes, les personnes de 75 ans et plus et les travailleurs de la santé.

À voir en vidéo


 
1 commentaire
  • Lise Gravel - Abonnée 30 juin 2020 09 h 00

    J'en ai plein mon cass

    Où étaient tous les médecins pendant le délestage massif?