Santé Canada revoit les études qui ont mené à l’homologation du glyphosate

En avril 2017, l’homologation du glyphosate a été reconduite pour une période de quinze ans par Santé Canada.
Photo: Pablo Aharonian Agence France-Presse En avril 2017, l’homologation du glyphosate a été reconduite pour une période de quinze ans par Santé Canada.

Santé Canada a révélé vendredi qu’il revoyait depuis plus d’un an les centaines d’études qui ont mené à l’homologation du glyphosate, l’ingrédient actif du Roundup du géant Monsanto. Ce pesticide est le plus utilisé au Québec.

Dans une décision rendue en août dernier, un jury américain a condamné Monsanto à payer des dizaines de millions de dollars à un jardinier de 46 ans qui a contracté un cancer après avoir abondamment utilisé le désherbant Roundup et sa version professionnelle plus puissante, le RangerPro. Le jury a tranché que Monsanto a agi avec « malveillance » et que le Roundup et le RangerPro ont « considérablement » contribué à l’apparition du lymphome non hodgkinien, un cancer incurable du système lymphatique, dont souffre Dewayne Johnson.

Quelques mois plus tôt, les « Monsanto Papers » révélaient que la multinationale a manipulé de diverses façons de nombreuses études scientifiques sur le glyphosate. « Ces informations sont troublantes et c’est la raison pour laquelle des scientifiques de Santé Canada mènent actuellement une nouvelle analyse des centaines d’études sur le sujet », a déclaré vendredi Thierry Bélair, attaché de presse de la ministre de la Santé Ginette Petitpas Taylor.

En avril 2017, l’homologation du glyphosate a été reconduite pour une période de quinze ans par Santé Canada. Deux ans plus tôt, la substance avait été classée comme « cancérigène probable » par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

À la lumière de l’analyse en cours, les scientifiques de Santé Canada détermineront si un changement à la réglementation est nécessaire ou s’il est préférable de renvoyer cette question à un comité d’experts non affilié à Santé Canada. Une décision est attendue dans les prochaines semaines.

Aux États-Unis, environ 4000 poursuites similaires à celle intentée par Dewayne Johnson contre Monsanto, rachetée par l’allemand Bayer, sont en cours.

Avec l'Agence France-Presse