Les erreurs d’un labo chinois devraient provoquer des cancers

Paris — Les impuretés contenues dans une molécule fabriquée en Chine pour l’industrie pharmaceutique, le valsartan, vont provoquer des cas de cancer en Europe, a prévenu jeudi l’Agence européenne des médicaments (EMA). Le problème vient du valsartan, principe actif de médicaments pour patients en cardiologie (insuffisance cardiaque, hypertension artérielle, infarctus cardiaque récent). Le 18 juillet, le laboratoire chinois Huahai avait rappelé dans le monde entier cette molécule, en raison de la présence de N-nitrosodiméthylamine (NDMA), une substance classée comme probablement cancérogène pour l’homme en cas d’utilisation prolongée.