Mort d’une infirmière lavalloise au travail

Depuis des mois, les employés du réseau de la santé dénoncent la détresse vécue par plusieurs d’entre eux.
Photo: iStock Depuis des mois, les employés du réseau de la santé dénoncent la détresse vécue par plusieurs d’entre eux.

Une infirmière de Laval est décédée, jeudi, sur son lieu de travail. Plusieurs sources crédibles ont confirmé au Devoir qu’il s’agit vraisemblablement d’un suicide.

Le Bureau du coroner a confirmé vendredi par courriel qu’une enquête a été déclenchée sur ce décès.

Le CISSS de Laval, de son côté, a affirmé qu’il lui était impossible de « confirmer ou d’infirmer cette information ».

L’infirmière, dont Le Devoir ne divulgue pas le nom par respect pour ses proches, cumulait plus de trente ans d’expérience, selon son inscription au tableau de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec.

Le CISSS de Laval n’a pas voulu indiquer s’il allait enquêter pour faire la lumière sur les circonstances de ce drame.

Selon les informations recueillies, du soutien psychologique a été offert aux employés touchés par le drame, mais le CISSS de Laval a refusé de le confirmer.

La Centre des syndicats du Québec (CSQ), qui représente le Syndicat des infirmières, inhalothérapeutes et infirmières auxiliaires de Laval (SIIIAL), n’a pas voulu commenter la situation « avant d’avoir fait la lumière sur les circonstances ».

Sur Facebook, de nombreuses infirmières ont exprimé leur consternation face à cette nouvelle lorsqu’elle a commencé à circuler et voyaient le drame comme un signal d’alarme.

Détresse dans le réseau

Depuis des mois, les employés du réseau de la santé dénoncent la détresse vécue par plusieurs d’entre eux. Il est toutefois impossible, à ce stade-ci, de déterminer si les conditions de travail ont eu un rôle à jouer dans cette tragédie.

Pour Jeff Begley, président du syndicat FSSS-CSN, il s’agit néanmoins d’une occasion pour l’employeur, tant à Laval que dans d’autres régions, de s’asseoir avec les syndicats et discuter de la santé et de la sécurité des travailleurs.

« Je pense au drame pour cette femme, sa famille et ses collègues et je leur offre d’abord toutes mes condoléances, indique M. Begley.

« On peut avoir tendance à chercher un coupable, mais il ne faut pas sauter aux conclusions, »

«Mais, ajoute-t-il, de toute évidence, on est passé à côté de quelque chose ». M. Begley dit être témoin de la détresse émotionnelle de nombreux travailleurs.

« Ils nous racontent, le motton dans la gorge, à quel point ils ne savent plus où donner de la tête, dit-il. On ne connaît pas les causes pour ce cas, mais on sait par contre que la détresse est réelle dans le réseau. »

Épuisement

Différents syndicats représentant les employés du réseau de la santé sur le territoire de Laval ont dénoncé des situations préoccupantes dans les derniers mois.

« Le manque de personnel dure depuis trop longtemps et les infirmières n’en peuvent tout simplement plus », dénonçait la présidente du SIIIAL, Isabelle Dumaine, dans un communiqué en janvier dernier, après que les infirmières ont tenu des sit-in de protestation à l’Hôpital de la Cité-de-la-Santé de Laval.

« Les solutions temporaires ne suffisent plus. Le personnel est épuisé et, si on ne règle pas le problème en embauchant des infirmières, la situation va finir par exploser », avertissait-elle alors.

Les conditions de travail et d’hébergement au CHSLD Sainte-Dorothée ont également fait l’objet de reportages à TVA cette semaine.

Le syndicat CSN des travailleurs de la santé de Laval a déploré publiquement le non-remplacement des préposés aux bénéficiaires absents et les conséquences sur le personnel et les résidents.

« Ce sont les préposés qui écopent du fardeau de tâches et de la détresse psychologique. Assez c’est assez ! » dénonçait d’ailleurs le syndicat sur sa page Facebook, mercredi dernier.

Besoin d’aide ? Suicide Action Montréal 1-866-277-3553