Carnet de santé en ligne: quelques jours de suspense

Les seules sections qui sont accessibles aux parents concernant leurs enfants sont les informations personnelles, comme l’adresse, le lien d’accès pour s’inscrire au guichet d’accès à un médecin de famille et la prise de rendez-vous.
Photo: Olivier Zuida Le Devoir Les seules sections qui sont accessibles aux parents concernant leurs enfants sont les informations personnelles, comme l’adresse, le lien d’accès pour s’inscrire au guichet d’accès à un médecin de famille et la prise de rendez-vous.

Les Québécois devront patienter quelques jours encore avant de découvrir leur dossier de santé en ligne.

Le lancement du Carnet santé Québec avait lieu lundi, mais l’accès nécessite un code de sécurité envoyé par la poste, dans les quatre jours ouvrables, aux citoyens qui font une demande d’inscription.

De plus, les parents ne peuvent pas accéder aux renseignements de santé de leurs enfants. Les personnes sous curatelle ne peuvent pas non plus s’inscrire.

Les seules sections qui sont accessibles aux parents concernant leurs enfants sont les informations personnelles, comme l’adresse, le lien d’accès pour s’inscrire au guichet d’accès à un médecin de famille et la prise de rendez-vous, si la clinique adhère à cet outil.

Le tout vise à « protéger les enfants qui seraient sous le coup d’une déchéance d’autorité parentale », précise la RAMQ. Elle est en contact avec la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) et le Tribunal de la jeunesse afin de mettre une solution en place.

Alexandre Allard, qui préside l’Association des gestionnaires de l’information de la santé du Québec (AGISQ), explique aussi que l’accès parental pose un défi certain.

« Avec les familles séparées et recomposées, comment fait-on, alors que la mécanique ne permet de donner qu’un seul accès ? » explique-t-il. 

Ce n’est qu’un exemple des défis soulignés par l’AGISQ à la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) lors d’une rencontre en janvier.

M. Allard s’interroge sur la sécurité des renseignements de santé des personnes inaptes, mais qui ne sont pas sous curatelle, des personnes avec une déficience intellectuelle ou une démence, par exemple. Autant il pourrait être utile pour un proche aidant d’accéder aux renseignements de santé, autant cela soulève des enjeux de confidentialité importants.

Selon M. Allard, des cas particuliers devront émerger pour que « le niveau de sécurité augmente ».

Rappelons que le Carnet santé Québec, pour l’instant, ne donnera accès qu’à la liste des médicaments reçus en pharmacie, aux résultats d’imagerie médicale et aux résultats de tests diagnostiques, et non pas au dossier médical complet.

Prise de rendez-vous

Selon le site Web de Rendez-vous santé Québec (RVSQ), seules dix-neuf cliniques utilisent pour le moment le service de prise de rendez-vous en ligne développé par Québec. Puisque c’est RVSQ qui est accessible via le Carnet santé Québec, peu de patients auront accès à cette option pour l’instant.

Même pour ces cliniques, tous les patients n’ont pas la possibilité d’utiliser RVSQ. Avec la collaboration d’un patient inscrit auprès d’une de ces dix-neuf cliniques, Le Devoir a pu constater qu’il lui était tout de même impossible d’obtenir un rendez-vous via la plateforme.

La Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) s’oppose toujours à l’adhésion obligatoire des cliniques à cet outil. Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, a affirmé par le passé qu’il comptait contraindre les médecins à l’utiliser.

« C’est au gouvernement de rendre sa plateforme attractive, rappelle le directeur des communications à la FMOQ, Jean-Pierre Dion. Si les médecins utilisent un service équivalent et sans frais pour les patients, on va continuer à défendre le libre choix de la plateforme. »