Fusion des laboratoires médicaux: l’APTS dépose une requête au tribunal

<p>Optilab vise à regrouper les activités des laboratoires des centres hospitaliers dans de grands <em>« laboratoires serveurs » </em>régionaux, ce qui engendrera une réduction des effectifs de l’ordre de 10 % à 20 %.</p>
Photo: Université Concordia

Optilab vise à regrouper les activités des laboratoires des centres hospitaliers dans de grands « laboratoires serveurs » régionaux, ce qui engendrera une réduction des effectifs de l’ordre de 10 % à 20 %.

Le plus important syndicat de technologistes médicaux passe de la parole aux actes : il vient de déposer une de ses requêtes, devant le Tribunal administratif du travail, contre la fusion des laboratoires médicaux.

L’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), un syndicat indépendant, représente quelque 5000 technologistes médicaux au Québec.

La plainte d’entrave et demande d’ordonnance déposée par l’APTS vise le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, le ministère et plusieurs Centres intégrés de santé et de services sociaux.

L’APTS y allègue qu’ils ont entravé le travail du syndicat en rencontrant directement les syndiqués visés par le projet Optilab. L’Alliance demande aussi au tribunal d’ordonner qu’ils cessent de transiger directement avec les employés visés.

Optilab vise à regrouper les activités des laboratoires des centres hospitaliers dans de grands « laboratoires serveurs » régionaux, ce qui engendrera une réduction des effectifs de l’ordre de 10 % à 20 %.

Au cours d’une entrevue avec La Presse canadienne vendredi, la présidente de l’APTS, Carolle Dubé, a déploré le fait qu’en agissant comme il l’a fait, le ministre a voulu miner la crédibilité des syndicats.