Les médecins se braquent contre le renforcement de la RAMQ

Le Dr Louis Godin, président de la FMOQ
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir Le Dr Louis Godin, président de la FMOQ

Les médecins omnipraticiens rejettent d’un bloc le projet de loi 92 qui accorderait plus de pouvoirs à la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ), notamment en ce qui a trait aux fraudes de facturation de la part des professionnels de la santé. « Disproportionné », « basé sur la désinformation », le projet de loi s’attaque à une « problématique quasi inexistante », a accusé la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) en commission parlementaire mercredi.

« Bien sûr que si des médecins fraudent ou abusent, ils doivent être débusqués. Mais notre analyse, c’est que c’est très marginal », dit le Dr Louis Godin, président de la FMOQ.

«Le projet de loi risque d’abord et avant tout d’avoir le mauvais effet de frapper l’imaginaire de la population et des médias en laissant croire que les médecins sont des fraudeurs », dénonce la FMOQ dans le mémoire qu’elle a présenté.

Selon la fédération, la RAMQ dispose déjà des pouvoirs nécessaires pour contrecarrer les illégalités et les abus.

La FMOQ va plus loin. Elle affirme que le climat actuel qui consiste à « discréditer » les médecins sur la place publique a des impacts négatifs sur la relation patient-médecin et sur l’attrait de la médecine familiale auprès des étudiants.

Un projet de loi nécessaire

Le p.-d.g. de la RAMQ, Jacques Cotton, est venu expliquer en commission parlementaire que la Régie avait besoin de ces nouveaux pouvoirs pour remplir sa mission.

« Actuellement, si on constate que des frais illégaux sont facturés, nous n’avons pas le pouvoir de faire cesser cette pratique », a argué M. Cotton. Il reconnaît cependant qu’on ne peut présumer que ce sont la majorité des professionnels de la santé qui fraudent, « puisque ce n’est pas le cas ». « Le projet de loi est pensé pour que pour le petit nombre de cas, les conséquences soient importantes », a affirmé M. Cotton.

2 commentaires
  • Raymond Chalifoux - Abonné 28 avril 2016 04 h 43

    Là où il y a de l'homme...

    ... on connaît la suite.

    Mais les médecins j'en suis sûr n'ont rien à craindre, car même si certains se faisaient prendre, au pire, ils risqueraient d'être privé de.. Grand Crû deux mardis soirs d'affilée...?

    S'ils perdaient en Appel, bien entendu...

  • Patrick Daganaud - Abonné 28 avril 2016 06 h 08

    Pourquoi frauderaient-ils?

    Franchement, pourquoi?

    Au salaire qu'on leur verse, l'abus est en amont.

    C'est probablement ce que veut nous dire le jovial Dr Louis Godin, président de la FMOQ lorsqu'il parle de désinformation...