Vacciner les garçons malgré les coûts

Si Québec va de l’avant avec ce nouveau vaccin pour les garçons, elle sera la quatrième province après l’Alberta, l’Île-du-Prince-Édouard et la Nouvelle-Écosse (dès l’automne prochain) à offrir ce programme vaccinal aux garçons.
Photo: Wavebreak Media Si Québec va de l’avant avec ce nouveau vaccin pour les garçons, elle sera la quatrième province après l’Alberta, l’Île-du-Prince-Édouard et la Nouvelle-Écosse (dès l’automne prochain) à offrir ce programme vaccinal aux garçons.

Malgré son coût élevé, l’Institut national de la santé publique du Québec recommande d’étendre la vaccination universelle contre le virus du papillome humain (VPH) à tous les jeunes garçons de 4e année du primaire, pour mieux protéger éventuellement les jeunes hommes gais de cette infection transmise sexuellement très courante.

Attendu depuis longtemps, l’avis rendu public mardi par le Comité d’immunisation du Québec (CIQ) suit en ce sens la position adoptée par le Comité d’immunisation du Canada en 2012, ainsi que celle de plusieurs autres comités d’experts à travers le monde. Les spécialistes concluent que le programme d’immunisation offert aux filles depuis 2007 ne protège que celles-ci ainsi que les hommes hétérosexuels, mais laisse sans protection les jeunes hommes ayant des rapports avec d’autres hommes.

Chose certaine, le nouveau programme n’est pas attendu pour 2015-2016 puisque le ministère de la Santé a fait savoir qu’il prendra le temps d’analyser les bénéfices d’un tel programme, le temps requis pour le mettre en place, les coûts liés à l’ajout de la population masculine (environ 40 000 élèves et 2000 jeunes homosexuels) ainsi que sa propre capacité financière, avant de donner suite aux recommandations des experts. « On va prendre le temps nécessaire pour analyser tous ces facteurs », a fait savoir Noémie Vanheuverzwijn, attachée presse au ministère.

Si Québec va de l’avant avec ce nouveau vaccin pour les garçons, elle sera la quatrième province après l’Alberta, l’Île-du-Prince-Édouard et la Nouvelle-Écosse (dès l’automne prochain) à offrir ce programme vaccinal aux garçons, alors que la Colombie-Britannique a choisi d’en limiter l’accès aux hommes gais et itinérants. L’Australie a aussi inclus les préadolescents à son programme public.

Contexte budgétaire

Mais l’adoption du programme au Québec demeure encore hypothétique, compte tenu des bémols que contient le rapport du comité d’immunisation et du contexte budgétaire actuel. En effet, si les experts considèrent comme évidents les bénéfices du vaccin pour prévenir les infections dans la population d’hommes homosexuels, ils conviennent que son coût dépasse le seuil généralement accepté pour ce type d’initiative de santé de santé publique, mais demeure « acceptable » compte tenu des enjeux.

« Le critère de la rentabilité est le seul qui n’est pas atteint. On dit malgré tout au ministère de considérer cette mesure, car dans le contexte où on vaccine les filles, on a obtenu depuis 2008 une protection indirecte accrue chez les jeunes hommes hétérosexuels, mais on laisse pour compte les hommes ayant des rapports avec les autres hommes », a défendu mardi Chantal Sauvageau, coauteure du rapport et médecin-conseil à l’Institut national de la santé publique.

Or, les statistiques démontrent que le fardeau associé au VPH chez les jeunes hommes gais, qui comptent pour 5 % de la population masculine, est très élevé. Les condylomes causés par le virus sont de 2 à 3 fois plus fréquents dans cette population et les risques de développer un cancer anal de 3 à 14 fois plus grands, selon diverses études.

Pour la Dre Sauvageau, limiter le programme aux seuls hommes homosexuels poserait plusieurs problèmes. Il serait difficile de rejoindre cette population de façon précoce dans des cliniques ou des CLSC, sans compter que la plupart des hommes ne consentent à dévoiler leur orientation sexuelle que plusieurs années après leur première relation sexuelle. Hors du milieu scolaire, un programme ciblé poserait un problème d’iniquité d’accès et pourrait même causer la stigmatisation des jeunes hommes.

Un impact majeur

« Les bénéfices maximaux pourront être atteints seulement si on vaccine les jeunes avant le début de leur vie sexuelle, comme c’est le cas avec les filles à l’heure actuelle », insiste-t-elle.

En plus de la vaccination à l’école, le CIQ recommande aussi d’offrir le vaccin gratuitement à tous les hommes gais de moins de 26 ans.

Les premières études menées sur l’impact du vaccin anti-VPH chez les filles démontrent qu’en Australie, le nombre de condylomes et de lésions précancéreuses a chuté dramatiquement dans cette population. Au Québec, une analyse de prélèvements faits sur de jeunes filles en âge d’avoir des relations sexuelles a démontré que les souches de VPH contenues dans le vaccin étaient quasi inexistantes. « Il est trop tôt pour savoir quel sera l’impact sur les cancers, mais dans certains pays, on constate déjà une baisse des lésions précancéreuses », avance la Dre Sauvageau.

Entre 2004 et 2007, 464 cas de cancer du col de l’utérus, du vagin, de la vulve et de l’anus ont été diagnostiqués chez des femmes, et 246 cas de cancer du pénis, de l’anus et de l’oropharynx chez les hommes, attribuables aux diverses souches de VPH. À la lumière de ces chiffres, le vaccin pourrait éventuellement éviter 485 nouveaux cas de cancer chaque année, estime le CIQ.

Toutefois, dans certains pays, une controverse persiste quant à l’efficacité et l’innocuité d’une vaccination universelle contre le VPH, notamment sur la prévention des cancers, compte tenu du peu de recul dont on dispose. En France et en Espagne, des procès ont été intentés par les familles de jeunes filles attribuant au vaccin le déclenchement de divers problèmes de santé graves.

Par ailleurs, la Dre Sauvageau a commenté mardi les chiffres sur la vaccination dévoilés par Statistique Canada (voir encadré). Selon cette médecin, les taux de vaccination de 77 % pour le VPH dévoilés par l’agence fédérale, même s’ils n’atteignent l’objectif qu’à 95 %, ont tout de même un effet protecteur chez les jeunes.


 
5 commentaires
  • Richard Bérubé - Inscrit 22 juillet 2015 05 h 29

    Encore des vaccins!

    La peur toujours la peur...quelle compagnie veut-on sauver encore? j'espère juste une chose, c'est que ce vaccin ne soit pas obligatoire...on se rappelera les campagnes de vaccination ces dernières années, les lignes pour éviter de mourrir H1N1, les reportages à la télévision ou les journalistes nous montraient des entrepôts ou serait entreposé les corps des victimes de la supposée pandémie...

    • Bernard Terreault - Abonné 22 juillet 2015 08 h 01

      M. Bérubé, si vous êtes encore en santé, c'est probablement grâce aux vaccins que vous avez reçus dans votre enfance. Je suis assez vieux pour me rappeler avoir connu sur ma rue un enfant estropié à vie par la paralysie infantile, et les mois passés au lit par ma mère terrassée par une diphtérie. Sans compter les oreillons, la scarlatine, le rougeole et la rubéole, pratiquement disparus.

    • Sylvain Auclair - Abonné 22 juillet 2015 10 h 10

      Aucun vaccin n'est obligatoire.

  • Bernard Terreault - Abonné 22 juillet 2015 08 h 07

    Coût élevé ?

    On écrit "coût élevé" sans donner de chiffre. Hier à la radio on a donné le chiffre de 6 millions de dollars, ce qui veut dire moins de un dollar par québécois. Appelez-vous ça cher si ça épargne ensuite des coûts bien supérieurs en médecins, infirmières, médicaments, jours d'école ou de travail manqués, etc.?

  • François Dugal - Inscrit 22 juillet 2015 08 h 23

    Le lobbyiste

    Admirons le travail efficace du lobbyiste des vaccins.