Le surpoids touche 1,5 milliard d’humains dans le monde

Plus d’un adulte sur trois dans le monde est obèse ou a une surcharge pondérale.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Plus d’un adulte sur trois dans le monde est obèse ou a une surcharge pondérale.

Londres — Plus d’un adulte sur trois dans le monde est obèse ou a une surcharge pondérale, soit 1,46 milliard de personnes, a indiqué vendredi un think tank britannique qui note une explosion du phénomène dans les pays en développement et appelle les gouvernements à agir.

 

Ce cercle de réflexion britannique, The Overseas Development Institute, souligne dans un rapport qu’à l’échelle mondiale, le pourcentage de personnes affichant un indice de masse corporelle (IMC) supérieur à 25, limite au-delà de laquelle les gens sont considérés en surcharge pondérale, est passé de 23 % à 34 % entre 1980 et 2008.

 

L’IMC est le rapport entre la taille et le poids, un indice à partir de 25 étant considéré comme signe de surpoids et à partir de 30 comme signe d’obésité.

 

Dans les pays en développement, le nombre de personnes en surpoids et d’obèses a presque quadruplé entre 1980 et 2008, passant de 250 à 904 millions de personnes. « Ce qui a changé, c’est que la majorité des gens en surpoids ou obèses se trouvent aujourd’hui dans les pays en développement plutôt que dans les pays développés », souligne le rapport.

 

Dans les pays à hauts revenus, la population en surcharge pondérale ou obèse a été multipliée par 1,7 pendant la même période, passant de 321 à 557 millions de personnes.

 

« Les taux de croissance de l’obésité et du surpoids dans les pays en développement sont alarmants, indique l’un des coauteurs de l’étude, Steve Wiggins.  Nous allons assister globalement à une très forte hausse du nombre de personnes souffrant de certains types de cancer, de diabète, d’accidents vasculaires cérébraux ou de crises cardiaques, faisant peser un fardeau énorme sur les systèmes de santé publics », a-t-il mis en garde.


Décès par million

 

Au Royaume-Uni, 64 % des adultes sont obèses ou en surcharge pondérale. Globalement, 58 % des Européens sont dans le même cas, l’Amérique latine, l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient ayant un taux équivalent. L’Amérique du Nord, États-Unis en tête, compte 70 % des adultes touchés.

 

L’étude note également que la proportion de Mexicains et de Chinois concernés a presque doublé entre 1980 et 2008.

 

« Les politiques doivent être moins timorés dans leurs tentatives d’influencer le type de nourriture qui finit dans nos assiettes. L’enjeu est de faire en sorte qu’une alimentation saine soit viable tout en réduisant l’attrait des aliments à plus faible valeur nutritive », estime-t-il.

 

« Le manque d’action est frappant comparé aux interventions publiques concertées menées pour limiter le tabagisme dans les pays développés », a-t-il jugé.

 

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) souligne que la surcharge pondérale et l’obésité sont le cinquième facteur de risque de décès à l’échelle mondiale et qu’au moins 2,8 millions d’adultes en meurent chaque année.

3 commentaires
  • Claude Jacques - Inscrit 4 janvier 2014 06 h 24

    La raison du surpoids

    Dans la vie, on fait ce qu'on peut pour être heureux et l'éducation de la population est primordiale. Il y en a qui sont heureux en faisant du sport, d'autres des activités artistiques ou scientifiques et enfin ceux que le plaisir du palais comble. C'est toujours l'excès qui est dangereux et sournois; une fois engagé à fond, il est très difficile de revenir en arrière.

  • Nicole Bernier - Inscrite 4 janvier 2014 08 h 08

    « Le manque d’action est frappant comparé aux interventions publiques concertées menées pour limiter le tabagisme dans les pays développés »

    S'attaquer à une seule industrie, c'est bien moins dangereux que de s'attaquer à l'industrie alimentaire supportée par le milieu universitaire qui a mis plusieurs de ses meilleurs chercheurs au service de cette industrie à multiples facettes...

    S'attaquer à l'industrie alimentaire, c'est s'attaquer à l'industrie agraire et c'est s'attaquer à tout l'argumentaire qui a été développé par les intellectiuels supportant l'industrialisation à grande échelle, cette industrialisation, qui, aux Jeux Olympiques de Londres, fut mis en valeur au même titre que l'égalité des hommes et des femmes pour signifier en quoi nous sommes supérieurs comme Occidentaux aux autres peuples du monde...

    Mais encore une fois, comme le disait l'article
    PEUPLES AUTOCHTONES
    À toutes les latitudes, chercher à s’adapter
    4 janvier 2014 | Amélie Daoust-Boisvert | Actualités sur l'environnement

    "Et plus nous échouerons à prévenir [l’accélération du réchauffement], plus il faudra investir pour s’y adapter, ajoute Mme Berrang-Ford."

  • France Marcotte - Abonnée 5 janvier 2014 14 h 03

    Vouloir avaler le monde

    Je veux avaler le monde, prendre tout ce qui est gratuit, à portée de désir, le sucre des gâteaux emballés, le gras des frites qui dégouline tout seul dans ma bouche.

    Je veux gonfler gonfler comme un ballon de cirque, monter au ciel par la voie rapide, être le premier à entrer au paradis pour aller bouffer tout le sucre d'orge des barbes à papa des nuages, me consoler pour toute l'éternité dans les bras du bon Dieu.