Un milliard réclamé pour la sauvegarde du Saint-Laurent

Les interventions proposées pour soigner le fleuve Saint-Laurent auraient également des effets heureux sur la biodiversité, disent les responsables du rapport.
Photo: Pierre Lahoud Les interventions proposées pour soigner le fleuve Saint-Laurent auraient également des effets heureux sur la biodiversité, disent les responsables du rapport.

Au terme de travaux menés à la demande du gouvernement fédéral, un regroupement de scientifiques, de municipalités et de gens d’affaires réclame la mise en oeuvre d’un plan d’action d’un milliard de dollars afin de mieux protéger le Saint-Laurent contre la menace des bouleversements climatiques et de la pollution. Et le gouvernement du Québec devra y participer.

Selon les informations obtenues par Le Devoir, le Collaboratif des Grands Lacs et du Saint-Laurent doit publier ce mardi une proposition de « plan d’action » comportant 12 recommandations à mettre en oeuvre sur 10 ans et qui prévoit des investissements annuels de 100 millions de dollars.

Le rapport du regroupement, dont la rédaction a été financée par Ottawa, souligne que la crise climatique pose de sérieux risques pour le fleuve Saint-Laurent, mais aussi son estuaire et son golfe. « Des précipitations plus intenses pourraient augmenter le risque d’inondations majeures dans les grandes villes, entraîner une augmentation de la fréquence, du volume et de la charge de contaminants émis dans l’eau lors de débordement des eaux usées et accentuer le transport de nutriments et de pesticides des terres agricoles vers les cours d’eau », expliquent les scientifiques dans leur analyse.

Déjà, ajoutent-ils, « les inondations récurrentes engendrent des coûts et des conséquences importantes pour les gouvernements et la société civile », tandis que « les apports excessifs en nutriments et l’augmentation des températures se traduisent par la formation de zones d’hypoxie (manque d’oxygène) dans l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent ».

Qui plus est, la présence de « nouveaux contaminants », comme les produits pharmaceutiques, pose des risques supplémentaires pour l’écosystème marin.

Afin de prévenir le pire et compte tenu du fait que les bouleversements climatiques vont continuer de s’aggraver, le regroupement d’experts et d’intervenants liés au Saint-Laurent a formulé une douzaine de « recommandations » à mettre en oeuvre d’ici 2030, en collaboration avec le gouvernement du Québec, avec un investissement d’un milliard de dollars.

« Environ 90 % de ce montant serait utilisé pour bâtir la résilience des municipalités et des communautés, notamment pour la protection des rives dans le contexte des inondations et de l’érosion côtière, mais aussi pour protéger plus généralement toutes les infrastructures », explique le coprésident du regroupement, Jean Cinq-Mars, qui est aussi l’ancien commissaire au développement durable du Québec.

Selon lui, il serait nécessaire d’améliorer substantiellement le traitement des eaux usées, qui constituent toujours « une source de pollution » importante pour le Saint-Laurent. M. Cinq-Mars rappelle notamment qu’environ 90 municipalités de la province rejettent toujours leurs eaux usées dans des cours d’eau, et ce, sans que celles-ci soient traitées. Pour aider les petites municipalités à se doter d’infrastructures qui peuvent s’avérer coûteuses, le gouvernement devra prévoir du financement.

Toujours dans l’objectif d’améliorer la qualité des eaux du Saint-Laurent, le gouvernement fédéral devrait soutenir les agriculteurs afin de réduire l’usage des pesticides et des engrais, dont le lessivage mine la santé des milieux aquatiques.

En combinant différentes mesures d’assainissement des eaux, le regroupement estime qu’il serait possible d’ouvrir de « nouvelles plages » et d’améliorer ainsi l’accès au fleuve.

Bâtir la résilience

Dans un contexte de plus en plus propice aux inondations, Jean Cinq-Mars fait aussi valoir qu’il est nécessaire d’investir « dès maintenant » dans le développement d’infrastructures plus « résilientes » aux effets des bouleversements du climat, dont les événements climatiques extrêmes et l’érosion côtière.

Pour cela, il sera nécessaire de mener des études sur les infrastructures vulnérables, mais aussi de protéger des milieux naturels qui permettent de réduire les risques d’inondation. « Et à long terme, il faudrait envisager de ne pas construire dans des zones inondables, ou alors de ne pas reconstruire dans ces zones », insiste M. Cinq-Mars.

Afin de coordonner l’ensemble des actions, le rapport du regroupement suggère à Québec et à Ottawa de mettre sur pied un « Bureau conjoint d’adaptation et de résilience ».

Par ailleurs, en s’attaquant aux différents maux qui affectent le Saint-Laurent, le regroupement chargé de produire des recommandations pour Environnement et Changement climatique Canada estime que toute la biodiversité serait mieux protégée. « Si on agit sur les enjeux identifiés dans nos travaux, on pourrait avoir un impact positif significatif. Par exemple, à l’heure actuelle, en raison de la présence excessive de phosphore et d’azote dans le Saint-Laurent, on voit des zones d’hypoxie dans le lac Saint-Pierre et dans le golfe. Toute la biodiversité est affectée », explique Jean Cinq-Mars.

Ce dernier souligne aussi les effets grandissants de nouveaux contaminants, dont les substances utilisées comme retardateurs de flammes dans différents produits, qui s’accumulent dans la chaîne alimentaire. Des études ont aussi mis en lumière la forte contamination de certaines zones du Saint-Laurent par le plastique.

Sans s’avancer sur d’éventuelles annonces de financement dans le cadre du prochain budget fédéral, le coprésident du Collaboratif des Grands Lacs et du Saint-Laurent souligne que le ministre de l’Environnement, Jonathan Wilkinson, a déjà signifié son « intérêt » pour les recommandations formulées.

« Notre gouvernement est déterminé à protéger le fleuve Saint-Laurent. Son bassin contient une population de plus de 15 millions de Canadiens et une biodiversité abondante. Il est aujourd’hui confronté à de nombreux défis, dont le réchauffement des eaux et le déclin de la biodiversité causé en partie par les changements climatiques », fait d’ailleurs valoir le ministre, dans le communiqué qui sera publié mardi avec le rapport.

À voir en vidéo