Les villes ont un rôle à jouer, dit Valérie Plante à l’ONU

Lors de sa courte allocution lors du Sommet Action Climat, Valérie Plante a affirmé que les villes ont un rôle important à jouer dans la lutte aux changements climatiques.
Photo: Jason DeCrow Associated Press Lors de sa courte allocution lors du Sommet Action Climat, Valérie Plante a affirmé que les villes ont un rôle important à jouer dans la lutte aux changements climatiques.

Rappelant que plus des deux tiers de la population mondiale habiteront les centres urbains en 2050, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, a affirmé lundi que les villes ont un rôle important à jouer dans la lutte aux changements climatiques.

Lors d’une courte allocution lors du Sommet des Nations unies pour le climat, à New York, Mme Plante a assuré que les villes travaillent « activement » pour contrer les changements climatiques, « mais qu’il y a encore beaucoup plus à faire ». Elle a ensuite ajouté qu’elles ont « absolument » besoin de l’aide des États et du secteur privé pour le faire.

La dirigeante montréalaise s’est engagée du même souffle à réduire les émissions de 55 % de GES de sa ville d’ici 2030 — par rapport à l'année de référence 1990, a précisé plus tard son cabinet.

« On connaît la recette et on sait exactement ce qu’on doit faire », a-t-elle dit.

La mairesse Plante a cité en exemple une réduction des déplacements solitaires en voiture, une augmentation des déplacements actifs et la mise en place d’immeubles carboneutres.

Soulignant que la lutte aux changements climatiques permet aussi de protéger la biodiversité locale, elle a rappelé que son administration a stoppé un vaste projet immobilier qui aurait « détruit les derniers grands espaces verts de Montréal et encouragé la venue d’environ 10 000 voitures ».

Elle a conclu son allocution en remerciant les jeunes qui se mobilisent et « nous rappellent tous les jours que cette Terre, on ne l’hérite pas de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants ».