Greta Thunberg officiellement invitée à l’Assemblée nationale

La militante écologiste Greta Thunberg pourra s'entretenir en privé avec le président de l'Assemblée nationale, François Paradis, mais pas à l'ensemble des élus du Salon bleu.
Photo: Jeenah Moon La militante écologiste Greta Thunberg pourra s'entretenir en privé avec le président de l'Assemblée nationale, François Paradis, mais pas à l'ensemble des élus du Salon bleu.

Le président de l’Assemblée nationale a finalement annoncé jeudi que la militante pour le climat Greta Thunberg est la bienvenue à l’Assemblée nationale le 27 septembre. Elle ne pourra toutefois pas s’adresser aux députés au Salon bleu.

Dans le cadre d’une brève déclaration écrite envoyée jeudi aux médias, la direction des communications de l’Assemblée nationale a fait valoir que le président, François Paradis, « invite Greta Thunberg à venir le rencontrer à l’Assemblée nationale du Québec, le 27 septembre prochain, pour un entretien privé ».

M. Paradis « lui a également offert la possibilité de prendre la parole à l’agora de l’Assemblée nationale dans le cadre d’un événement citoyen qui s’adresserait non seulement aux parlementaires, mais à l’ensemble de la population ».

La jeune militante suédoise pour le climat doit surtout se rendre à Montréal le 27 septembre afin de participer à la manifestation prévue à l'occasion du mouvement international de grève pour le climat.

Greta Thunberg a manifesté son souhait de venir à Montréal en raison de la forte mobilisation des jeunes Québécois sur l’enjeu de la crise climatique mondiale.

C’est notamment à Montréal qu’a eu lieu l’une des plus importantes, sinon la plus importante, manifestations dans le monde lors de la journée de grève étudiante pour le climat, le 15 mars dernier. Plusieurs dizaines de milliers de jeunes — plus de 150 000 selon les organisateurs — ont alors défilé pour réclamer des gestes nettement plus ambitieux afin de lutter contre les bouleversements du climat.

Interpellé par Le Devoir, le cabinet du ministre de l’Environnement du Québec, Benoît Charette, n’a pas confirmé si le ministre prendra part à la manifestation prévue à Montréal le 27 septembre. « Nous sommes à déterminer l’agenda du ministre pour les prochaines semaines, compte tenu de la reprise des travaux parlementaires », a-t-on répondu.

Est-ce que le ministre Charette est favorable à l’appel à la grève lancé par des organisations écologistes, des associations étudiantes et des organismes sociaux pour cette journée de mobilisation ? « Nous saluons la mobilisation des jeunes envers les changements climatiques », a simplement indiqué le bureau du ministre responsable du dossier climatique.

Figure de proue

Encore inconnue à pareille date l’an dernier, la jeune Greta Thunberg est devenue rapidement une figure emblématique du mouvement des jeunes en faveur du climat après que la vidéo de son intervention lors de la COP24, en décembre 2018, fut devenue virale sur les réseaux sociaux.

« Vous parlez seulement d’une éternelle croissance économique "verte", parce que vous avez trop peur d’être impopulaires. Vous ne parlez que d’aller vers l’avant, avec les mêmes mauvaises idées qui nous ont conduits dans ce bourbier », affirme-t-elle alors avec aplomb, dans un discours destiné aux délégués des 195 pays présents à la COP24. « Vous dites que vous aimez vos enfants par-dessus tout, mais vous volez leur futur sous leurs yeux », ajoute Greta Thunberg, qui sera par la suite invitée à présenter son plaidoyer au Forum économique de Davos.

Alors qu'elle avait entamé seule une campagne de grèves hebdomadaires chaque vendredi depuis août 2018, les choses ont changé radicalement après la COP24. En quelques semaines, des débrayages similaires se sont multipliés, des États-Unis au Japon, en passant par l’Allemagne, l’Australie, la Belgique ou encore le Québec.

Greta Thunberg plaide notamment pour la fin de l’utilisation des énergies fossiles, au moment où l’exploitation pétrolière et gazière est plutôt en expansion au Canada. Elle refuse également de prendre l’avion. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle a choisi de traverser l’océan en voilier zéro carbone.