Le Canada, champion de la production de déchets dans le monde

Selon les experts, le Québec fait aussi plus ou moins bonne figure, arrivant bon deuxième au pays pour la quantité de déchets produite en fonction de son PIB.<br />
 
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Selon les experts, le Québec fait aussi plus ou moins bonne figure, arrivant bon deuxième au pays pour la quantité de déchets produite en fonction de son PIB.
 

La façon dont on dispose des ordures a plus d’un impact. Mal gérées, nos poubelles empoisonnent l’environnement à petit feu, font monter en flèche les dépenses publiques et contribuent au réchauffement climatique. Qualifié de mauvais élève, le Canada peut mieux faire, estiment des experts.

Le Canada détient le titre peu enviable de champion de la production de déchets par habitant au sein des pays de l’OCDE, avec l’équivalent de près d’une tonne produite par habitant (2014), selon un rapport publié mardi. En plus d’engendrer des coûts astronomiques, les sites d’enfouissement du pays débordent.

La Commission de l’écofiscalité du Canada (CEFC), un groupe d’experts indépendants associés à plusieurs universités, pose dans ce rapport touffu un constat peu reluisant de l’état de la gestion des déchets au Canada. Avec seulement 0,5 % de la population mondiale, le Canada produit 2 % du volume de déchets générés dans le monde.

Toujours selon ces experts, le Québec fait aussi plus ou moins bonne figure, arrivant bon deuxième au pays pour la quantité de déchets produite en fonction de son PIB. Le Québec produisait en 2014 près de 16 tonnes de déchets pour chaque million de son produit intérieur brut (PIB), soit deux fois plus que la Colombie-Britannique (8 tonnes) et plus que la Nouvelle-Écosse (12 tonnes). Des montagnes de détritus qui coûtent une fortune à gérer.

Plus encore, ces experts estiment que les 2000 sites d’enfouissement du pays génèrent à eux seuls pas moins de 20 % des GES associés aux émissions de méthane au Canada, un gaz 25 fois plus nocif que le CO2 pour le réchauffement climatique. Sans compter tous les coûts associés à la dégradation des écosystèmes, par ces matières qui vont polluer lacs, océans et forêts.

Toujours plus

En 2014, seulement 27 % des solides et semi-solides jetés aux poubelles au Canada étaient détournés des dépotoirs, pour être réutilisés, recyclés ou compostés, selon ce groupe d’experts. Une bien pâle performance par rapport à la moyenne des pays de l’OCDE, où le détournement des matières résiduelles atteint 41 % (2014), et jusqu’à 66 % en Allemagne (2018).

Au Canada, les industries — notamment celle de l’exploitation des sables bitumineux — pèsent lourd dans la quantité totale de déchets produite, comptant pour 60 % des résidus générés. Toutefois, le volume d’ordures de source résidentielle ne cesse de grossir. Même à l’heure où le mot recyclage est sur toutes les lèvres, la quantité d’ordures générée par habitant a bondi de 16 % depuis 15 ans. Somme toute, chaque Canadien produit aujourd’hui environ 400 kg de déchets par année.

Jetez et payez ?

Les auteurs du rapport proposent plusieurs pistes pour endiguer ce problème, que les systèmes de recyclage et de compostage mis en place ces dernières années ne parviennent pas à mater.

« Dans la plupart des villes du pays, on ne fait pas payer les résidents ou les producteurs de déchets en fonction de la quantité de déchets produits. Or, il semble que ce soit une des manières très efficaces pour réduire à la source ce qui se retrouve dans le système d’élimination des déchets », affirme Justin Leroux, professeur agrégé à HEC et commissaire de la Commission de l’écofiscalité du Canada, qui propose des solutions fiscales concrètes pour favoriser une prospérité économique et durable.

Ce dernier donne l’exemple de Beaconsfield, au Québec, qui a instauré pour ses résidents en 2016 une tarification en fonction de la taille et de la fréquence où sont récupérés les bacs de déchets. En deux ans, la municipalité a réussi à réduire de 50 % les matières acheminées à l’enfouissement et à réduire de 200 000 $ sa facture liée à la gestion des déchets, explique-t-il.

Idem à Saskatoon, où la ville a institué le concept « pay as you throw » (PAYT), ou « payez pour ce que vous jetez ». On estime que la mesure permettra d’économiser 5 millions et de prolonger de 20 ans la durée de vie du site d’enfouissement municipal.

Certaines villes penchent plutôt pour une tarification s’appliquant seulement à partir d’une quantité déterminée, dépassant la norme, pour éviter que les ménages moyens soient indûment touchés par cette mesure.

Au Royaume-Uni, cette façon de faire a permis de faire passer de 12 à 49 % entre 1999 et 2010 la quantité de déchets détournés des dépotoirs… et du même coup de réduire de 66 % les GES associés à cette source.

Les experts proposent aussi de faire payer aux entreprises des redevances « de déversement » liées aux coûts réels engendrés par les impacts environnementaux et sociaux de l’enfouissement. Ceux-ci ne sont pas comptabilisés à l’heure actuelle. Les bas prix liés à l’enfouissement ne favorisent pas le développement des infrastructures de recyclage ou de compostage, ajoutent-ils.

Selon Justin Leroux, les coûts de la gestion des déchets explosent et il presse d’instaurer des programmes de responsabilité des producteurs qui rendent ces derniers responsables financièrement de la gestion des matières contenues dans leurs produits. C’est notamment le cas au Québec, où des systèmes instaurés pour la consigne de bouteilles, la récupération des piles ou des ampoules fluorocompactes sont financés en partie par l’industrie.

« Cela force les fabricants à produire des biens avec moins de matériaux ou des matériaux plus faciles à recycler », estime ce professeur. Pour ce faire, il faut harmoniser les lois à l’ensemble du pays, comme cela se fait dans plusieurs pays d’Europe.

Chose certaine, le tiers des dépotoirs au Canada excèdent déjà leur capacité prévue et le coût public de la gestion des déchets et du détournement des matières résiduelles a gonflé de 115 % depuis 2002. Notamment parce que plusieurs matières sont de plus en plus coûteuses à recycler, notamment les plastiques légers, les cartons de boissons et le polystyrène.

« On pense que tout le monde devrait fournir sa part d’efforts. Les gens croient que le compostage ne change pas grand-chose, souligne le professeur Leroux. Or, en moyenne, 50 % de ce qui est envoyé au dépotoir, ce sont des matières organiques… qui ne se décomposent pas, produisent des GES et contribuent à remplir les sites. Si on changeait cela, on pourrait retarder de dizaines d’années la fin de vie des sites et limiter de beaucoup les dépenses publiques, locales et provinciales engendrées par la gestion des déchets. »