Subvention et comité ministériel pour la candidature d’Anticosti à l’UNESCO

L’île d’Anticosti a été retenue par Parcs Canada essentiellement en raison de sa géologie.
Photo: Pierre Lahoud Archives Le Devoir L’île d’Anticosti a été retenue par Parcs Canada essentiellement en raison de sa géologie.

Le gouvernement Couillard promet la mise sur pied d’un comité ministériel pour appuyer la municipalité d’Anticosti dans ses démarches en vue d’obtenir une inscription de l’île au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Comme le révélait Le Devoir vendredi matin, la ministre de l’Environnement, Isabelle Melançon, qui se trouve à Anticosti, a confirmé vendredi que le gouvernement Couillard attribue une subvention de 400 000 $ à la municipalité « pour la soutenir dans la préparation du dossier d’inscription à l’UNESCO ».

Ces fonds publics serviront également à « soutenir les comités qui devront démontrer le caractère exceptionnel du site dans le monde, de même que sa protection et sa gestion adéquates », a précisé la ministre par voie de communiqué.

Le gouvernement a par ailleurs prévu la mise sur pied du « Comité interministériel pour l’inscription d’Anticosti au patrimoine mondial ». Ce dernier « travaillera principalement à mettre en place les mesures adéquates de protection, de conservation et de gestion préalables à l’inscription de l’île d’Anticosti au patrimoine mondial de l’UNESCO ».

Il faut dire que le gouvernement Couillard s’est engagé l’an dernier à protéger la totalité de l’île d’Anticosti, d’une superficie de 7900 km², d’ici 2020. Et en théorie, le dépôt du dossier à l’UNESCO, une étape qui revient au gouvernement fédéral, doit se faire en février 2021.

Un joyau

Si la plus grande île du Québec, sise en plein cœur du golfe du Saint-Laurent, devait être inscrite sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, ce serait le troisième site de la province reconnu par l’organisme onusien. Le Parc national de Miguasha dans la péninsule gaspésienne y a été inscrit en 1999, tandis que l’Arrondissement historique du Vieux-Québec a été inscrit en 1985.

Anticosti fait partie de la courte liste des huit sites retenus par Ottawa en 2017, parmi les 42 candidatures reçues, dont celle du mont Royal. Cette inscription sur la « liste indicative des sites du patrimoine mondial au Canada » est essentielle avant de déposer un dossier en vue d’une inscription sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Selon Parcs Canada, l’île a été retenue essentiellement en raison de sa géologie. « L’île d’Anticosti est mondialement reconnue pour ses fossiles exceptionnels de la période se situant entre l’Ordovicien supérieur et le Silurien inférieur [il y a près de 445 millions d’années], qui n’ont aucun équivalent ailleurs sur la planète. Cette période représente un jalon important dans l’histoire de la Terre, à savoir la première extinction massive de vie animale à l’échelle mondiale. »

Selon ce qu’a fait valoir vendredi la ministre Isabelle Melançon, Anticosti « recèle un patrimoine naturel et culturel d’une valeur inestimable, un joyau ». En plus d’une emblématique population de cerfs de Virginie, l’île abrite notamment plusieurs rivières à saumon, de nombreuses espèces d’oiseaux ainsi que des échoueries de phoques.

Auberge à Port-Menier
La ministre Melançon a par ailleurs confirmé les informations du Devoir concernant un financement gouvernemental de quelque 7 millions de dollars pour améliorer les infrastructures d’accueil sur Anticosti.

Ainsi, la SEPAQ ajoutera une auberge de 16 chambres à Port-Menier, seul village de l’île. Des fonds serviront aussi à revitaliser des chalets de la SEPAQ, en plus des infrastructures qui permettent d’aller observer la chute Vauréal, attrait touristique majeur de l’île.

Le gouvernement n’avait toutefois rien de précis à annoncer vendredi concernant l’eau potable, dont les Anticostiens sont privés depuis maintenant 15 ans. « On va travailler ensemble », a toutefois promis la ministre Melançon, au cours d’une téléconférence. Elle a aussi dit que le gouvernement est conscient du besoin d’un lien maritime qui permettrait de réduire les coûts du transport pour accéder à Anticosti.

La saga Anticosti

14 février 2011 Le Devoir révèle que le potentiel pétrolier de l’île serait très important. Hydro-Québec, qui détenait les permis d’exploration, a cédé ses droits à Pétrolia et Corridor Resources.

29 septembre 2011 Une étude évalue le potentiel pétrolier sur Anticosti à plus de 40 milliards de barils.

13 février 2014 Le gouvernement péquiste de Pauline Marois s’engage à investir 115 millions pour réaliser un projet d’exploration, en partenariat avec Pétrolia et Corridor Resources.

5 décembre 2015 Philippe Couillard déclare qu’il n’a « aucun enthousiasme » pour le pétrole, dont le projet Anticosti.

28 juillet 2017 Le gouvernement met fin au projet Anticosti et offre des millions de dollars en compensations aux entreprises concernées.

20 décembre 2017 Anticosti est inscrite sur la liste des sites du patrimoine mondial au Canada, une étape cruciale en vue de sa candidature à l’UNESCO.