Centrale de Bécancour: lumière sur l’entente entre Hydro-Québec et TransCanada

La centrale privée, construite au coût de 500 millions de dollars, a été utilisée pour produire de l’énergie uniquement de septembre 2006 à décembre 2007.
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne La centrale privée, construite au coût de 500 millions de dollars, a été utilisée pour produire de l’énergie uniquement de septembre 2006 à décembre 2007.

Hydro-Québec a accepté de verser annuellement 120 millions de dollars de 2014 à 2026 à la compagnie pétrolière albertaine TransCanada, propriétaire de la centrale au gaz naturel de Bécancour. À la fin de l’entente, cette centrale inutilisée depuis maintenant 10 ans aura donc coûté plus de deux milliards de dollars pour ne pas produire d’énergie, a constaté Le Devoir.

Le Devoir avait déjà demandé à Hydro-Québec en janvier 2016 de préciser la somme qui doit être versée chaque année à TransCanada, jusqu’en 2026, depuis que des « amendements » ont été apportés au contrat initialement signé avec l’entreprise. Mais la société d’État avait alors évoqué des « ententes de confidentialité » avec la pétrolière pour ne pas donner de détails, se contentant de dire que cette somme avait été « nettement » réduite.

Dans son rapport publié au cours des derniers jours, la vérificatrice générale, Guylaine Leclerc, a toutefois mentionné une somme de 120 millions de dollars versée « en vertu d’ententes conclues avec TransCanada Énergie ». Un chiffre confirmé par Louis-Olivier Batty, porte-parole des affaires publiques chez Hydro-Québec, qui a souligné que la somme est bel et bien « de l’ordre de 120 millions » de dollars.

De 2008 à 2014, la société d’État versait plutôt une somme de 134 millions de dollars chaque année à la multinationale albertaine, selon ce qu’on peut lire dans le rapport de la vérificatrice générale. Mais en raison d’une clause qui permet de « libérer » des volumes de gaz naturel qui étaient auparavant réservés, Hydro-Québec a pu réduire sa facture annuelle de 14 millions.

Concrètement, la société d’État a donc versé, de 2008 à 2013, soit sur une période de six ans, une somme évaluée à 804 millions de dollars à TransCanada. Pour la période allant de 2014 à 2026, la somme devrait plutôt atteindre 1,56 milliard de dollars, si on calcule une période de 13 ans. La somme totale versée à la pétrolière pour la période 2008-2026 pourrait donc atteindre près de 2,4 milliards de dollars.

Centrale inutile

Fait à noter, pendant toute cette période, il est bien possible que la centrale au gaz naturel de Bécancour ne produise jamais d’énergie pour le réseau de distribution d’Hydro-Québec. Cette centrale privée, construite au coût de 500 millions de dollars, a été utilisée pour produire de l’énergie uniquement de septembre 2006 à décembre 2007. Depuis cette date, elle est demeurée essentiellement à l’arrêt, puisque la société d’État dispose d’importants surplus d’énergie.

Malgré cette situation, Hydro-Québec a négocié une nouvelle entente avec TransCanada en 2015, dans le but d’utiliser la centrale lors de périodes de pointe de consommation d’électricité de 2016 à 2036. Il était alors question de verser près de 400 millions sur 20 ans à la multinationale, en plus de « frais fixes » annuels de plusieurs millions de dollars.

Cette entente a toutefois été invalidée par la Régie de l’énergie en 2016. M. Batty a aussi confirmé au Devoir que, « pour le moment », aucun engagement n’est valide au-delà de 2026. « Le contrat avec TransCanada Énergie se termine en 2026, à moins que de nouveaux besoins surviennent », a-t-il dit. « Tout sera évalué selon la situation. »

Gaz Métro (devenu Énergir) a toutefois mis de côté l’an dernier son projet de site de stockage et de regazéification de gaz naturel liquéfié qui devait servir à alimenter la centrale de Bécancour. Une décision prise à la suite de « la révision des besoins en puissance d’Hydro-Québec ne justifiant pas présentement une relance de l’utilisation de la centrale de TransCanada Energy », a alors précisé l’entreprise.

Comme c’est la mission d’Hydro-Québec de servir la demande, elle choisit ce qui est le plus sécuritaire : une tendance à surinvestir

Gérer la demande

Titulaire de la Chaire de gestion du secteur de l’énergie à HEC Montréal, Pierre-Olivier Pineau n’est pas surpris qu’Hydro-Québec soit liée par un contrat pour une centrale qui ne sert à rien. « Nous nous plaignons parce qu’on paie maintenant pour rien, mais si la demande avait été élevée et la centrale absente, on se plaindrait pour les pénuries. Dans les deux cas, il y aura des plaintes. Comme c’est la mission d’Hydro-Québec de servir la demande, elle choisit ce qui est le plus sécuritaire : une tendance à surinvestir. »

« C’est comme une police d’assurance : on paie, mais on ne l’utilise pas. Différentes personnes ont différentes tolérances au risque, et choisissent différents niveaux d’assurance. En électricité, c’est un choix social qui mène à un trop grand désir de sécurité qui peut coûter cher », a-t-il ajouté.

Selon M. Pineau, il existerait par ailleurs des solutions pour réduire la demande énergétique des ménages québécois lors des périodes de « pointe », ce qui pourrait rendre définitivement caduque la centrale de TransCanada. « Je crois qu’on pourrait faire beaucoup plus dans la gestion de la demande et éviter d’avoir à utiliser cette centrale, mais les décideurs québécois ne semblent malheureusement pas prêts à commencer à discuter de nouvelles structures tarifaires et de normes d’isolation-chauffage, par exemple, qui permettraient de mieux gérer la demande et d’éviter ce genre de question. »

Il estime par ailleurs qu’une rupture de contrat coûterait probablement plus cher que l’entente valide jusqu’en 2026. « Et d’ici quelques années, à moins qu’on ne commence à gérer la demande de pointe et la puissance dans le secteur résidentiel, il se pourrait qu’on ait besoin de cette centrale. Alors, pourquoi la fermer ? »

5 commentaires
  • François Beaulé - Abonné 14 mai 2018 08 h 22

    Un curieux contrat

    Ce contrat entre Hydro-Québec et TransCanada aura coûté très cher aux Québécois. 1,6 milliard sur 13 ans ou 2,4 milliard sur 18 ans selon l'évaluation du journaliste. Pour une centrale dont la construction a coûté 500 millions à TransCanada !

    Pourquoi Hydro n'a-t-elle pas fait construire cette centrale elle-même ? Si elle en avait toujours été propriétaire, les pertes auraient été beaucoup moindres. Pourquoi Hydro a-t-elle signé un tel contrat avec une compagnie privée dès le départ vers 2004 ? Avec un tel contrat, TransCanada pouvait faire des bénéfices garantis, les risques étant assumés complètement par Hydro. Pourquoi ce cadeau insensé ?

    Pris avec ce contrat douteux, le gouvernement n'aurait-il pas pu exproprier la centrale ? Pourrait-il le faire aujourd'hui, puisque TransCanada a déjà obtenu d'Hydro beaucoup plus que son investissement ?

    • Gilles Théberge - Abonné 14 mai 2018 12 h 07

      Parce qu’on est canadien monsieur Beaulé, parce que nous devons contribuer à la prospérité des entreprises canadiennes.

      C’est notre façon d’être canadien....

    • Jean-Yves Arès - Abonné 14 mai 2018 13 h 37

      " Pourquoi Hydro n'a-t-elle pas fait construire cette centrale elle-même ? "

      Ne pas oublier que le coût globale contient pas mal plus que le simple coût de construction.
      Il comprend l'entretient et la garde en état de fonctionnement, et comprend aussi un contrat de fourniture de gaz a long terme (selon ce qu'on peut comprendre avec le peu de précision des infos). Hors la fourniture a long terme d'une commodité ça se joue sur le marché des options. Et plus le contrat est long, plus il vaut cher. En plus le contrat a été négocié dans une période ou les prix du gaz étaient particulièrement élevés, ce qui doit bien avoir "cristallisé" ces hauts prix.
      On a dû tabler sur des projections qui avec le temps se sont révélése impertinentes..., comme bien des évaluations de pérennité régime de retraite...

      Pour répondre a question de départ on doit répondre a trois choses.
      -1 Est-ce qu'Hydro aurait construit cette centrale aux mêmex coûts, sachant que la grosse machine d'Hydro a peut-être pas les coudés aussi franche qu'une entreprise privée comme Transcanada?

      -2 Le coût d'entretient et la garde en état de fonctionnement, ils auraient coûté combien entre les mains d'Hydro? Encore là la réponse est difficile a trouver. Mais pour avoir vu les détails de la gestion de la fuite de pétrole aux Îles de la Madeleine aux installations d'Hydro, ou encore les détails (disparus) de la construction de la centrale Sainte Marguerite, il a de quoi croire que les coûts seraient plus élevés que ceux de Transcanada.

      -3 L'achat de contrats long terme. Là Hydro avait l'équipe pour le faire de façon efficace puisqu'elle avait déjà l'expérience sur les marchés spot de l'électricité, ou elle a faite une bonne job.

      Il est difficile de faire a reculons cette évaluation. Et il est facile après coup de dire on aurait dont dû ceci ou cela. Surtout, la tendance des prix du gaz naturel était nettement à la hausse. Tendance a la hausse qui a cassée après la première année de fonction

  • Louise Martin - Abonné 14 mai 2018 13 h 19

    Un trou financier inexcusable

    Je m'intéresse à cette histoire depuis plusieurs années. Il y a eu des reportages sur Radio-Canada( archives, des articles, puis l'oubli et l'indifférence. Je ne comprends pas bien les arguments de M.Pineau pour défendre cette entente.
    .

    Louise Martin
    abonnée

  • Serge Lamarche - Abonné 14 mai 2018 14 h 59

    La mafia de l'énergie

    Payer autant pour ne rien produire ressemble énormément aux contrats de protection de la mafia. Et encore des millions gratuits aux pétrolières.
    J'espère qu'ils payent des taxes et des impôts par millions pour retourner ces argents au gouvernement!