Solar Impulse 2 s’envole

L’avion Solar Impulse 2 prend son envol lundi matin d’Abou Dhabi pour un tour du monde sans précédent, à la seule énergie solaire, afin de promouvoir les technologies propres.

« C’est un défi humain, une aventure et une motivation humaines », a déclaré André Borschberg, l’un des deux pilotes qui se relaieront pour cette mission, lors d’une conférence de presse à Abou Dhabi. L’avion devrait décoller à 6 h 30 locales. C’est M. Borschberg qui prendra place dans le cockpit pour la première étape vers Mascate, capitale du sultanat d’Oman, où l’appareil devrait arriver lundi en fin de journée.

Le tour du monde en 12 étapes sera l’aboutissement de 12 années de recherches menées par M. Borschberg et son compatriote Bertrand Piccard qui, outre l’exploit scientifique, cherchent à véhiculer un message politique. « Nous voulons partager notre vision d’un avenir propre », a déclaré M. Piccard, en soulignant que cette mission devrait contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique.

L’idée de voler grâce à la seule énergie solaire avait initialement été la risée de l’industrie aéronautique.

M. Piccard, descendant d’une dynastie de scientifiques-aventuriers suisses, a accompli le premier tour du monde en ballon sans escale en 1999.

L’avion, baptisé SI2 (Solar Impulse 2), est propulsé par plus de 17 000 cellules solaires tapissant des ailes de 72 mètres. Mais le SI2, conçu en fibre de carbone, ne pèse que 2,5 tonnes.

Au total, l’appareil parcourra 35 000 kilomètres en 12 étapes, à une vitesse relativement modeste (entre 50 et 100 km/h), et cette circonvolution, à 8500 mètres d’altitude au maximum, prendra cinq mois, dont 25 jours de vol effectif, avant un retour à Abou Dhabi fin juillet-début août.