L’ancien recteur de l’Université Laval Michel Gervais est décédé

Né à Lévis en 1944, Michel Gervais demeure à ce jour le seul recteur élu de l’Université Laval issu des «humanités».
Photo: Renaud Philippe Archives Le Devoir Né à Lévis en 1944, Michel Gervais demeure à ce jour le seul recteur élu de l’Université Laval issu des «humanités».

Michel Gervais, ancien recteur de l’Université Laval et pilier de la recherche universitaire, est décédé. Son départ laisse un vide dans les instituts scientifiques du Québec.

Né à Lévis en 1944, Michel Gervais est mort le 8 mai dernier. Il demeure à ce jour le seul recteur élu de l’Université Laval issu des « humanités ».

Après son premier poste en 1968 comme professeur à la Faculté de théologie et de sciences religieuses, il a gravi les échelons pour devenir recteur de 1987 à 1997. « Sous son mandat, l’Université Laval a été classée au 6e rang au Canada pour l’importance de ses fonds de recherche », a relevé l’actuelle rectrice de son alma mater, Sophie D’Amours, dans un communiqué. En dix ans comme recteur, Michel Gervais a contribué à la construction de trois nouveaux pavillons universitaire et à l’agrandissement de trois autres.

À l’écoute des voix diverses, il a également mis sur pied un conseil d’administration universitaire lors de son premier mandat afin d’inclure des membres de tout horizon dans la gouverne de l’Université Laval. Sa vision a permis de faire doubler le nombre d’étudiants universitaires étrangers à Québec.

« Dès la première rencontre que j’ai eue avec Michel, j’ai constaté que j’avais affaire à un homme d’une intelligence supérieure, doté d’une capacité exceptionnelle d’analyse et de synthèse, se souvient Jean-Guy Paquet, l’un des anciens recteurs de l’Université au blason rouge et or, dans une publication en ligne. […] Il a su rassembler les gens qui avaient des vues divergentes autour d’objectifs communs. Il avait l’estime et la considération de tous. C’était un grand monsieur. »

En 2000, Michel Gervais est devenu directeur général de l’hôpital Robert-Giffard. Il donne alors un élan à l’institution en propulsant les recherches en neurosciences. Ce coup de main à la recherche permet de transformer ce centre hospitalier en Institut universitaire en santé mentale.

Par ailleurs, Michel Gervais a participé à de nombreux instituts de recherches au Québec. Il fut ainsi membre du Groupe d’action pour l’avancement technologique et industriel de la région de Québec et de la Société de promotion économique du Québec métropolitain. Il fut président de la Société du réseau Économusée ou encore membre du Conseil stratégique de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth. Il a également été membre du conseil d’administration du Devoir.

Le scientifique en chef du Québec, Rémi Quirion, a tenu à souligner la marque laissée par M. Gervais dans le paysage des sciences en indiquant que « son importante contribution a permis d’alimenter la réflexion des Fonds de recherche du Québec en matière de conduite responsable en recherche. »

L’Université Laval lui a remis la plus haute reconnaissance qu’elle peut accorder à un membre du corps professoral en le désignant, en 2017, professeur émérite. Il a été fait officier de l’ordre national du Mérite en France, officier de l’Ordre du Canada et officier de l’Ordre national du Québec.

À voir en vidéo