Lutte contre le racisme: Québec ajoute 45h à la formation des futurs policiers

«Cette bonification substantielle sera d’un grand soutien aux futurs policiers. L’amélioration des services policiers aux communautés culturelles, ethniques et autochtones passe par l’éducation», a déclaré l’ancien policier et ministre responsable des Affaires autochtones, Ian Lafrenière.
Photo: Adil Boukind Le Devoir «Cette bonification substantielle sera d’un grand soutien aux futurs policiers. L’amélioration des services policiers aux communautés culturelles, ethniques et autochtones passe par l’éducation», a déclaré l’ancien policier et ministre responsable des Affaires autochtones, Ian Lafrenière.

Québec bonifie le programme de Techniques policières afin de mieux outiller les futurs policiers qui auront à intervenir auprès des communautés culturelles, ethniques et autochtones.

La ministre de l’Enseignement supérieur, Danielle McCann, a annoncé mercredi par communiqué qu’elle ajouterait progressivement 45 heures à ce programme d’études dès la rentrée 2021.

Elle a plaidé que cette bonification du cursus était une réponse concrète à des rapports issus de différentes commissions et groupes de travail, dont celui du Groupe d’action contre le racisme.

« L’enseignement supérieur se doit de faire évoluer notre société, a déclaré Mme McCann. Cela se fait par la transmission des savoirs, ainsi que par […] la sensibilisation à une meilleure compréhension de l’autre.

« Je souhaite que les étudiants s’investissent pleinement dans ces heures supplémentaires d’enseignement.

« Ces apprentissages les accompagneront tout au long de leur carrière et amélioreront la qualité de leurs approches auprès de ces clientèles », a-t-elle ajouté.

La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, a renchéri en soulignant que les futurs agents seront appelés à intervenir dans des contextes « souvent difficiles et délicats ».

Pour sa part, l’ancien policier et ministre responsable des Affaires autochtones, Ian Lafrenière, s’est dit convaincu mercredi de l’utilité de la mesure.

« Cette bonification substantielle sera d’un grand soutien aux futurs policiers. L’amélioration des services policiers aux communautés culturelles, ethniques et autochtones passe par l’éducation », a-t-il déclaré.

Il s’agit de la deuxième bonification du programme de Techniques policières en quelques années.

En 2016-2017, le ministère de l’Enseignement supérieur avait ajouté 60 heures à la formation des apprentis policiers pour renforcer leur compétence en matière de santé mentale et de toxicomanie.

À voir en vidéo