Des millions destinés à l'éducation des adultes redirigés vers le primaire et le secondaire

Les adultes qui retournent sur les bancs d’école — dont plusieurs éprouvent des difficultés d’apprentissage — ont bien besoin de soutien, mais les professionnels se font rares dans les centres d’éducation aux adultes.
Photo: iStock Les adultes qui retournent sur les bancs d’école — dont plusieurs éprouvent des difficultés d’apprentissage — ont bien besoin de soutien, mais les professionnels se font rares dans les centres d’éducation aux adultes.

Des millions de dollars destinés à l’éducation des adultes à la CSDM servent plutôt à payer les services aux élèves à besoins particuliers du primaire et du secondaire. Cette pratique, longtemps soupçonnée dans le milieu, suscite beaucoup de grogne en raison du manque criant de services pour les adultes qui font le choix de retourner sur les bancs d’école.

La Commission scolaire de Montréal (CSDM) ne s’en cache même pas : si elle réussit à atteindre l’équilibre budgétaire, c’est grâce à un surplus de 20 millions de dollars dégagé à même la formation des adultes et la formation professionnelle.

« La formation professionnelle et la formation générale des adultes sont de grands contributeurs à l’équilibre budgétaire de la Commission scolaire », a indiqué la semaine dernière Lucie Painchaud, directrice générale adjointe de la CSDM, lors de la présentation du budget de l’année 2017-2018 aux médias. « Déjà, dans le montage budgétaire, on prévoit qu’ils vont générer des surplus, mais ils ont généré des surplus — comme chaque année — supplémentaires à ce que nous avions anticipé », a-t-elle précisé.

Ainsi, la commission scolaire a reçu du ministère de l’Éducation une somme de 5739 $ par élève à la formation générale des adultes (FGA), mais n’a dépensé que 4477 $.

Même chose pour la formation professionnelle, qui dégage cette année un surplus d’un peu plus de 700 $ par élève.

Au total, c’est donc un montant de 20 millions de dollars qui a été généré par ces deux secteurs comptant quelque 11 500 élèves.

Transfert

Ces sommes ont été transférées aux services aux élèves en difficulté du primaire et du secondaire, qui sont déficitaires. Pourquoi ? Tout simplement parce que, malgré les « réinvestissements » du gouvernement en éducation, les services aux élèves handicapés ou ayant des difficultés d’adaptation ou d’apprentissage (EHDAA) — ainsi que ceux de l’accueil et de la francisation — sont sous-financés, explique la présidente, Catherine Harel Bourdon.

La CSDM estime le manque à gagner dans ces secteurs à 33 millions pour l’an dernier, soit 1845 $ pour chacun de ces 18 082 élèves. « Il faut le prendre quelque part, cet argent-là », affirme Mme Harel Bourdon.

Il appartient à la commission scolaire de choisir la répartition qu’elle désire faire [des disponibilités budgétaires]

Elle réclame un meilleur financement du gouvernement pour les élèves en difficulté du primaire et du secondaire, pour pouvoir consacrer à l’éducation des adultes et à la formation professionnelle toutes les sommes prévues à cet effet.

Elle espère « développer la formation professionnelle et la formation générale des adultes. C’est notre objectif avec les directions de ces centres-là », explique Mme Harel Bourdon.

La CSDM n’est pas la seule à avoir recours à ces sommes pour financer d’autres secteurs. La Fédération des commissions scolaires du Québec confirme « qu’il peut effectivement arriver qu’une commission scolaire dégage une marge de manoeuvre et fasse le choix local d’attribuer les sommes disponibles à d’autres besoins de ses élèves ».

Inquiétudes

Dans le milieu de l’éducation aux adultes et de l’alphabétisation, on affirme avoir souvent entendu parler de telles pratiques, mais sans jamais avoir réussi à obtenir des preuves.

« Personne ne nous a jamais confirmé que ça se faisait, mais dans des discussions de corridor, des directions de centres d’éducation aux adultes nous disaient qu’elles manquaient de ressources parce que l’argent n’arrivait pas nécessairement chez eux », soutient Benoît Bernier, directeur de Déclic, un organisme d’aide aux élèves en grande difficulté qui veulent retourner aux études.

« Ça m’inquiète beaucoup d’entendre ça, dit-il en apprenant du Devoir que c’est effectivement le cas. C’est un manque de considération pour les élèves qui se retrouvent à l’éducation aux adultes. Ça confirme l’idée que l’éducation aux adultes, ce n’est pas très important. »

Même son de cloche du côté de l’Institut de coopération pour l’éducation des adultes (ICEA), qui tente de documenter cette réalité depuis des années. « Les commissions scolaires reçoivent une enveloppe fermée pour l’éducation aux adultes. Si l’argent n’est pas utilisé pour financer les services aux adultes, les commissions scolaires ont à répondre de ce qu’elles font avec », s’exclame son directeur général, Daniel Baril.

« Le secteur de l’éducation aux adultes est victime de cette situation-là. En principe, l’argent qui lui est destiné devrait servir à l’éducation aux adultes. Et ce ne sont pas les besoins qui manquent. »

Les adultes qui retournent sur les bancs d’école — dont plusieurs éprouvent des difficultés d’apprentissage — ont bien besoin de soutien, mais les professionnels se font rares dans les centres d’éducation aux adultes.

Selon ce qu’a révélé Le Devoir le mois dernier, il y avait 353 professionnels « équivalents à temps plein » dans la formation des adultes en 2011-2012, pour tout le Québec. En 2015-2016, il en restait 303, soit une baisse de 14 % — plus que la diminution de 6 % du nombre d’élèves durant la même période.

« Si l’argent ne se rend pas dans les écoles, c’est une frustration supplémentaire parce que, d’entrée de jeu, on n’offre pas le bon niveau de services pour la grande partie des élèves qui sont à l’éducation aux adultes », réitère Benoît Bernier de Déclic.

Ce dernier réclame des états généraux sur l’éducation des adultes.

Politique

Lors d’un débat électoral organisé l’automne dernier par l’Institut de coopération pour l’éducation des adultes, le nouveau ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge — alors candidat de la CAQ —, s’était montré ouvert à l’idée de tenir des consultations sur l’éducation aux adultes, précise Daniel Baril.

Ce dernier rappelle que la politique d’éducation aux adultes date de 2002 et que le plan d’action qui y était associé est terminé depuis 2007. « Depuis, on a des actions pointues et sectorielles, mais on n’a plus un portrait d’ensemble de toutes les ressources et de comment les mobiliser pour répondre aux défis d’aujourd’hui. Tous les morceaux sont éparpillés en éducation aux adultes. »

Comme plusieurs, il attend également avec impatience la stratégie nationale en alphabétisation annoncée pour l’automne prochain par l’ex-ministre Sébastien Proulx, dans le cadre de la politique sur la réussite éducative. « On n’a pas eu d’écho à cet effet, mais on donne la chance au coureur : tant qu’il n’a pas dit que ça n’existerait pas, on va présumer que ça va exister. »

La Fédération des commissions scolaires n’a pas eu de réponse, elle non plus, sur la stratégie, rappelant que « la formation professionnelle et la formation aux adultes sont souvent les grandes oubliées lorsque le gouvernement parle des enjeux et priorités du réseau scolaire ».

Réaction du ministère

Les commissions scolaires sont libres de choisir la façon dont elles dépensent les fonds destinés à la FGA, a précisé Bryan St-Louis, porte-parole du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur. « Si le champ d’activité relié à la FGA génère des disponibilités budgétaires, il appartient à la commission scolaire de choisir la répartition qu’elle désire en faire », a-t-il indiqué au Devoir.

« Les règles budgétaires des commissions scolaires prescrivent le mode d’allocation des ressources aux commissions scolaires, et non l’organisation des services. La répartition des ressources fait partie des fonctions et pouvoirs de la commission scolaire reliés aux ressources financières. »

4 commentaires
  • Pierre Deschênes - Abonné 28 novembre 2018 06 h 27

    La cause première

    Le fait d’affirmer platement que la distribution des ressources fait partie des pouvoirs et fonctions des commissions scolaires ne cache pas la cause première de cette problématique, à savoir le sous-financement desdites commissions scolaires. Sous-financement qui les oblige à réallouer des sommes à des secteurs d’activités qu’elles estiment prioritaires, privant d’autres secteurs des sommes qui leur étaient pourtant dues.

  • Patrick Daganaud - Abonné 28 novembre 2018 08 h 56

    L'argent de l'éducation aux adultes...

    Il y a des lustres que le problème existe : l'éducation aux adultes (FGA) a toujours généré des surplus, ses allocations dépassant largement ses dépenses. Ce n'est pas un mystère et, dans les commissions scolaires, les débats entre le secteur « Jeunes » et la FGA, organisée en entité indépendante, sur l'utlisation de ces surplus fait rage depuis longtemps.
    Il y a aussi des histoires d'horreur à ce sujet.
    J'ai dirigé une des très rares écoles à vocation suprarégionale qui, un mois après mon arrivée, a affiché un déficit anticipé de 300 000 dollars (non, je n'en étais pas l'auteur) sur des dépenses anticipées de
    800 000. La direction générale m'a demandé de sabrer dans les services de jeunes (4-17) et adultes (18-21) multihandicapés. J'ai refusé : insubordination, réaffectation...
    L'année suivante en formation professionnelle (jeunes et adultes), je suis affecté dans un centre de formation qui a généré 2 000 000 de $ de surplus, identifiés dans sa mise à jour d'avril.
    Le mot d'ordre de la direction du centre est alors sorti : il faut dépenser ces 2 millions avant le 30 juin, sinon notre budget de l'an prochain sera amputé d'autant.
    Il y a eu alors des rénovations de bureaux de directions-adjointes, de professeurs; le remplacement d'ordinateurs encore fonctionnels, etc. : un bar ouvert...

    Alors est-il vrai qu'il y a trop d'argent en FGA et que c'est une bonne chose de la transférer vers les services aux enfants vulnérables (ÉHDAA)? OUI!
    1-Mais une partie ne va pas aux ÉHDAA, mais aux projets particuliers par des tours de passe-passe qui défient la prestidigitation;
    2-les directions des centres et les commissions scolaires ont longtemps considéré qu'en FGA, les services aux étudiants adultes sont ceux du réseau SSS et elles ne les ont donc que très peu créés malgré la croissance des besoins.

    De fait, pour faire les choses dignement, il manque de l'argent partout.
    Les chicanes internes sont un distracteur.
    Les tricheries budgétaires sont innombrable

    • Jacques Patenaude - Abonné 28 novembre 2018 11 h 09

      La situation est la même dans les cégeps et surement dans les universités où ils sont considéré comme des vaches à lait pour le secteur régulier.

  • Robert Laroche - Abonné 28 novembre 2018 14 h 25

    Faut-il s'en surprendre?

    Comment faire évoluer un société si on ne soutient pas les adultes dans leur évolutions?