L’UQAM critiquée pour sa gestion des plaintes de harcèlement sexuel

Les affiches reprennent le logo de l’université, le slogan et l’esthétique de sa campagne de financement «100 millions d’idées».
Photo: Facebook Les affiches reprennent le logo de l’université, le slogan et l’esthétique de sa campagne de financement «100 millions d’idées».

« Les violences sexuelles font des dégâts. Le bureau de prévention du harcèlement aussi. » Des dizaines d’affiches critiquant la gestion des plaintes de harcèlement sexuel et psychologique de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) sont apparues dans les rues de la métropole lundi, avant d’être retirées en fin de journée.

« Sortir en pleurs du bureau de prévention du harcèlement. C’est aussi ça l’effet UQAM », « Le bureau de prévention du harcèlement. Là où on vous dira qu’on ne peut rien pour vous », pouvait-on lire sur certaines pancartes. Un mot clic #pourquoijaipasdénoncé les accompagnait, illustrant les motivations derrière cette campagne qui n’a pas été revendiquée.

L’UQAM a vite réagi en demandant au propriétaire des supports publicitaires, Astral Media, de retirer « les fausses publicités ».

« Cette campagne de dénonciation est frauduleuse, c’est une usurpation de l’identité de l’UQAM », déplore la porte-parole de l’institution, Jenny Desrochers, assurant que l’UQAM se dissociait de l’opération. Les affiches reprenaient le logo de l’université, le slogan et l’esthétique de sa campagne de financement « 100 millions d’idées ».

Dans un courriel envoyé anonymement à plusieurs professeurs et associations de l’établissement, les auteurs de cette « action autonome féministe » s’en prennent au Bureau d’intervention et de prévention en matière de harcèlement (BIPH) et à l’administration de l’UQAM qui selon eux « manque[nt] de volonté » en matière de lutte contre le harcèlement et les agressions sexuelles.

« Nous exigeons la fin de l’hypocrisie de l’administration face à ces enjeux et un meilleur traitement des plaintes par le BIPH, qui valorise davantage la réputation du corps professoral que la sécurité de la population étudiante », précise-t-on.

Les responsables exigent l’embauche de personnel compétent « ayant une compréhension des dynamiques et des enjeux en matière d’agressions et de harcèlement sexuel », jugeant « les services offerts par l’institution largement inadéquats ».

D’après Mme Desrochers, ces critiques ne rejoignent « ni le ton ni les propos » recueillis lors de la consultation de la communauté universitaire pour mettre en place une politique en matière de violences sexuelles. L’UQAM se dit toutefois « prête à entendre des critiques pour améliorer ses pratiques. »

Certaines [victimes] jugent que ce qui leur est arrivé n’est pas si grave, mais la majorité n’avait pas confiance dans le processus d’enquête

 

Pour Sandrine Ricci, candidate au doctorat en sociologie à l’UQAM, cette action directe témoigne « d’un ras-le-bol » d’un problème qui ne date pas d’hier. Elle rappelle l’épisode où des étudiants avaient apposé des autocollants sur les portes de professeurs ciblés par des plaintes de harcèlement sur le campus.

« On a enregistré une recrudescence des plaintes juste après […] ce sont les actions directes, chocs, qui génèrent le plus de réactions et font avancer les choses. »

Pour celle qui est aussi membre de l’équipe de l’Enquête indépendante sexualité, sécurité et interactions en milieu universitaire (ESSIMU), les critiques affichées font écho aux études sur le terrain.

« Dans nos résultats en 2017, seulement 28 % des répondants à l’UQAM — plus de 3000 personnes — trouvaient que l’université était proactive dans la lutte contre les agressions sexuelles. Il y a un problème, là », explique la chercheuse.

Un bureau indépendant

Dans l’enquête ESSIMU, 90 % des répondants considéraient que l’UQAM devrait implanter un organisme indépendant, donc neutre, pour traiter ce type de plaintes. Une décision qui permettrait d’effacer tout « conflit d’intérêts » et de gagner la confiance des victimes.

« Seulement 10 % d’entre elles portent plainte. Certaines jugent que ce qui leur est arrivé n’est pas si grave, mais la majorité n’avait pas confiance dans le processus d’enquête », précise Mme Ricci.

De son côté, l’UQAM insiste sur le fait que le bureau travaille avec une intervenante du CALACS Trêve pour Elles et que les enquêteurs sont externes à l’université.