Lettre de menace contre des élèves d'une école secondaire

Des incidents ont perturbé le fonctionnement de trois écoles montréalaises hier. Dans l'ouest de l'île, une lettre de menace envers des élèves a amené la police à intensifier la surveillance autour d'une polyvalente de Pointe-Claire. Une autre école de Saint-Léonard a été évacuée après qu'un individu eut aspergé des locaux de poivre de Cayenne. Finalement, une explosion survenue dans un local d'initiation à la technologie a fait quatre blessés à la polyvalente Cavelier-de-LaSalle, à la commission scolaire Marguerite-Bourgeoys.

À l'école secondaire John Rennie, dans l'arrondissement de Pointe-Claire, les élèves visés par la lettre de menace, trouvée mercredi dans les toilettes des filles, ont été invités à rester chez eux.

Quant à l'explosion qui a eu lieu dans une école de LaSalle, on ne rapporte pas de blessés graves, mais quatre personnes ont dû être traitées à l'hôpital. Une machine servant à «dépoussiérer» des pièces de bois serait à l'origine de l'explosion. Une enquête policière a été entamée pour déterminer si l'incident résulte d'une défectuosité ou d'un geste criminel.

«Les pompiers vont nous fournir une expertise complète quant à la sécurité du bâtiment afin que nous puissions évaluer la possibilité d'une reprise des cours mardi», explique la responsable des communications de la commission scolaire, Brigitte Gauvreau.

À Saint-Léonard, les activités du Centre Ferland, qui dispense de la formation aux adultes, ont été suspendues en matinée après qu'un individu eut répandu du poivre de Cayenne dans plusieurs locaux. Des policiers ont procédé à l'arrestation d'un suspect, mais ils ont dû être aidés par des pompiers et faire appel à des renforts, puisqu'ils ont été encerclés par des étudiants évacués, dont quelques-uns étaient «hostiles».

«L'individu devrait être accusé de méfait et d'autres accusations pourraient être portées», précise un relationniste du Service de police de la Ville de Montréal, spécifiant qu'il y a de fortes possibilités que le suspect ne soit pas un étudiant.

Ces incidents surviennent trois jours après la tuerie survenue lundi dans une école du Minnesota, où un adolescent de 16 ans a tué neuf personnes et en a blessé sept autres. Le SPVM ne tisse cependant aucun lien avec le drame qui a touché l'école américaine, qualifiant d'«effet du hasard» les trois événements survenus hier.

Avec la Presse canadienne