Le Canada refuse la demande d'asile d'un déserteur américain

Bien que Jeremy Hinzman ait été le premier, on estime qu’environ une demi-douzaine de soldats américains tentent également de demander le statut de réfugié au Canada.
Photo: Agence Reuters Bien que Jeremy Hinzman ait été le premier, on estime qu’environ une demi-douzaine de soldats américains tentent également de demander le statut de réfugié au Canada.

Toronto — Un déserteur américain qui a demandé le statut de réfugié au Canada a vu sa requête refusée hier. Il s'agit d'une décision qui était attendue des deux côtés de la frontière, ce soldat ayant quitté les forces militaires américaines parce qu'il estime que l'invasion de l'Irak est un acte criminel.

Dans un jugement écrit publié hier, la Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada a indiqué que Jeremy Hinzman ne l'avait pas convaincue qu'il risquait la persécution s'il retournait aux États-Unis.

L'asile a également été refusé à l'épouse de M. Hinzman et à son fils.

«Un renvoi aux États-Unis ne mettrait pas leur vie en danger et ne les exposerait pas à un traitement ou une peine cruels et inusités», a décrété la commission.

«Il n'y a aucun motif important de croire qu'à la suite de leur renvoi aux États-Unis, ils seraient en danger de torture.»

L'avocat de M. Hinzman, Jeffry House, a affirmé qu'il demanderait à la Cour fédérale de réexaminer le dossier.

«M. Hinzman est déçu, a dit M. House. Il a le sentiment qu'on finira par lui donner raison.»

M. Hinzman, qui est âgé de 26 ans, a quitté son régiment en janvier 2004, quelques jours seulement avant qu'il ne soit déployé en Irak.

Durant l'audience de trois jours où il a revendiqué le statut de réfugié, M. Hinzman a déclaré que tout acte violent qu'il aurait commis en Irak aurait été l'équivalent d'une atrocité parce qu'il s'agit d'une guerre illégale.

Il a affirmé que les forces militaires américaines considèrent tous les Arabes dans le Moyen-Orient — les Irakiens en particulier — comme des terroristes en puissance qu'on qualifie de «sauvages» et qui doivent être éliminés.

Il a été appuyé par un ancien membre des marines, qui a déclaré qu'en Irak des soldats américains à la gâchette facile assassinaient des Irakiens, notamment des femmes et des enfants sans défense.

L'arbitre Brian Goodman avait auparavant statué que l'opinion du soldat — que la guerre est illégale — ne pouvait servir d'argument dans sa demande d'asile.

À titre de déserteur, M. Hinzman pourrait être poursuivi en cour martiale et passer jusqu'à cinq ans en prison s'il retourne aux États-Unis.

Selon un avocat du gouvernement fédéral, les déserteurs américains sont habituellement condamnés à un an de prison. M. Hinzman a toutefois dit s'attendre à une peine plus sévère à cause de ses opinions politiques.