Philippe Bond quitte la vie publique

L’humoriste Philippe Bond annonce qu’il se retire de la vie publique, après la publication d’un article dans lequel plusieurs femmes le dénoncent pour inconduite sexuelle. Il a fermé son site Web en plus de se retirer de ses contrats actuels, sur scène et à la radio.

Un article publié dans La Presse jeudi détaille différentes agressions alléguées par huit femmes de la part de l’humoriste.

Dans la journée, certains de ses employeurs ont aussi coupé les ponts avec l’humoriste de 43 ans, dont Bell Média, propriétaire de la radio Énergie, où M. Bond animait des émissions. L’entreprise a aussi décidé de « suspendre la diffusion de ses entrevues et de ses performances individuelles » sur ses différentes plateformes.

Pour sa part, l’Agence evenko a dit dans un communiqué qu’elle « prenait acte » de ces allégations, qui sont « traitées sérieusement par l’organisation à la lumière de sa Politique contre le harcèlement qui prévoit une tolérance zéro face à des gestes qui en constituent ».

Dans un court message publié sur le compte vérifié de Philippe Bond sur Instagram, l’humoriste se dit « atterré » par ce qu’il a lu dans l’article.

Il affirme également qu’il ne reconnaît pas la personne qui y est décrite.

Par respect pour mes collaborateurs et mes employeurs qui me côtoient depuis des années et parce que je veux leur éviter de devoir répondre à une avalanche de questions des journalistes, je me retire de tout, autant de la vie publique que de la radio et des spectacles. »

Questionné en point de presse sur ces allégations, le premier ministre François Legault s’est montré préoccupé. « J’invite toutes les victimes à dénoncer. Je comprends que ça peut être difficile. On a mis en place un tribunal spécialisé pour les victimes, mais il faut dénoncer ces actes-là. Ça n’a pas de place en 2022 dans notre société. »

À voir en vidéo