Plante accusée de freiner son élan de construction de nouvelles pistes cyclables

Des citoyens ont profité du Tour de l’Île pour se faire entendre.
Valérian Mazataud Le Devoir Des citoyens ont profité du Tour de l’Île pour se faire entendre.

Des citoyens ont profité du passage des centaines de cyclistes participant au Tour de l’Île dimanche pour se faire entendre aux abords de l’avenue Girouard, dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce, à Montréal. « On veut des pistes protégées », ont-ils scandé sans relâche. La Ville dit tendre l’oreille.

Le quartier Notre-Dame-de-Grâce, dans l’ouest de l’île, n’a pas vu de nouvelles pistes cyclables pousser sur son territoire depuis au moins une décennie. « On sent que Notre-Dame-de-Grâce est exclu », a dénoncé Sonya Konzak, son casque vissé sur la tête.

La « sécurisation » des pistes cyclables coincées entre les voitures stationnées et celles en marche préoccupe au plus haut point les manifestants. Plusieurs estiment qu’il s’agit de la première étape pour encourager la pratique du vélo. Une vingtaine de cyclistes ont été victimes d’une collision grave ou mortelle en 2020 à Montréal.

« J’ai moi-même été victime d’emportiérage. J’ai été projeté dans la rue. J’avais tellement peur », témoigne Mme Konzak. Ce genre de traumatisme décourage forcément les familles du secteur d’envoyer leurs enfants rouler dans la rue, explique-t-elle.

889
C’est le nombre de kilomètres de voies cyclables actuellement à Montréal.

Le premier tour de roue de Projet Montréal, avec le déploiement du REV, a enthousiasmé les adeptes du vélo. Mais depuis sa réélection, l’administration Plante a « freiné » son élan de constructions de nouvelles pistes cyclables, observe Daniel Lambert, porte-parole de la Coalition Vélo Montréal. « On se fait timide. On sent qu’on parle moins de vélo. Chaque fois qu’on parle de changement climatique, on ne parle plus de vélos, on parle de l’électrification des transports, comme si c’était la seule solution. »

Trop peu

 

La Ville de Montréal a anticipé cette manifestation en annonçant la veille que 500 000 $ seront alloués au prochain conseil d’arrondissement pour l’adaptation d’un « plan vélo local ». La mairesse de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, Gracia Kasoki Katahwa, a indiqué au Devoir que cette somme servira à l’embauche d’un conseiller « à temps plein » pour « accélérer la cadence » dans la sécurisation des pistes cyclables. « Les montants serviront également à l’achat de matériel, comme des bollards, et à l’octroi de contrats à des firmes externes pour préparer des plans », précise-t-elle par courriel. Ces plans seront prêts pour « l’année prochaine », assure-t-on.

18
C’est le nombre de collisions graves ou mortelles qui ont impliqué un cycliste à Montréal en 2020.

Montréal a dévoilé il y a quelques semaines ses prochains chantiers de pistes cyclables dans la métropole, récapitulés dans une « programmation cyclable ». La Ville projette d’aménager environ 20 km de nouvelles pistes au sein d’un réseau qui en comprend près d’un millier. Cet ajout ressemble à celui de 2021. Par contre, en 2020, la Ville de Montréal avait ajouté 34 kilomètres de voies cyclables permanentes.

C’est trop peu pour encourager de nouveaux citoyens à enfourcher leur bicyclette, assure Daniel Lambert. « Il y a 3 % des déplacements quotidiens qui se font à vélo à Montréal. Projet Montréal s’était engagé en 2017 à faire passer ce chiffre de 3 % à 15 % en l’espace de deux mandats. Il faut construire beaucoup de pistes cyclables pour y arriver ! À ce rythme-là, on va attendre jusqu’en 2090 pour atteindre les objectifs que la Ville s’est donnés. »

20
C’est le nombre de kilomètres de nouvelles pistes cyclables en chantier à Montréal cet été.

À peine 1 % de tous les déplacements dans l’ouest de l’île se font sur un vélo. Son utilisation atteint des sommets dans les quartiers centraux du Plateau Mont-Royal (13,1 %), d’Hochelaga-Maisonneuve (8,7 %), de Villeray (7 %) et de Rosemont (5,8 %).

D’autres tronçons qui ne figurent pas dans la « programmation cyclable » verront tout de même le jour « avant la fin de cette année concernant de nouveaux axes », promet au Devoir la conseillère associée aux transports actifs, Marianne Giguère. Pour Notre-Dame-de-Grâce, à tout le moins, la Ville prévoit ajouter une piste dans la rue de Terrebonne, une traversée sécuritaire pour le boulevard Décarie et « des axes permettant de relier la nouvelle gare Canora au réseau existant ».

17 %
C’est l’augmentation du nombre de déplacements à vélo à Montréal entre 2013 et 2018, selon les données de Vélo Québec.

Une version précédente de ce texte attribuait par erreur une citation de Marianne Giguère, conseillère associée aux transports actifs à Marikym Gaudreault, attachée de presse de la mairesse Plante. Nous avons corrigé la faute. Nos excuses.

À voir en vidéo