Une autre vague de froid avant l'arrivée d'une tempête hivernale majeure

À Montréal, samedi matin, la température ressentie en tenant compte du refroidissement éolien a chuté à -36 degrés Celsius.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir À Montréal, samedi matin, la température ressentie en tenant compte du refroidissement éolien a chuté à -36 degrés Celsius.

Une autre vague de froid extrême s’abat sur le Québec cette fin de semaine avec des températures ressenties frôlant les moins 40 degrés Celsius dans certaines régions de la province. Elle sera toutefois de courte durée, puisque le mercure remontera lundi pour laisser place à « la première grosse tempête de neige » de l’hiver dans le sud et le centre de la province, juste à temps pour la rentrée scolaire en présentiel.

À Montréal, samedi matin, la température ressentie en tenant compte du refroidissement éolien a chuté à -36 degrés Celsius. Elle devrait d’ailleurs demeurer autour de -27 degrés cet après-midi, causant des risques d’engelures pour ceux qui s’aventurent à l’extérieur. Les Montréalais peuvent toutefois se consoler en se disant qu’à Rouyn-Noranda et à Saguenay, la température ressentie a chuté samedi matin à -45 et à moins -43 degrés Celsius, respectivement, tandis que Gaspé est aux prises avec des rafales de vent de plus de 60 km à l’heure.

« Tout le monde y goutte », a lancé au Devoir samedi la météorologue d’Environnement Canada, Anna-Belle Filion, en rappelant que ce sont d’abord les Prairies canadiennes qui ont écopé d’une vague de froid au début du mois, puis l’Ontario. « Maintenant, c’est rendu au Québec », complète-t-elle.

Les patrouilleurs de CAA-Québec ont d’ailleurs été pris d’assaut en début de semaine par des appels d’automobilistes dont les batteries se sont retrouvées à plat, en raison du froid extrême. « Ça risque d’être une bonne fin de semaine de survoltages », entrevoit ainsi la porte-parole de l’organisme, Andrée-Ann Déry. Des équipes spéciales ont ainsi été mises en place, tandis que des horaires de travail ont été ajustés « pour mettre les effectifs en conséquence » sur la route, ajoute-t-elle.

À 11 h, samedi, CAA-Québec rapportait déjà plus de 1400 services rendus dans la province, contre 9000 environ pour toute la journée de mardi.

Tempête de neige

Cette vague de froid sera d’ailleurs de courte durée, puisque le mercure remontera dans la nuit de dimanche à lundi. « On va avoir une pause du froid », du moins pendant quelques jours, confirme Anna-Belle Filion.

Plusieurs régions du sud et du centre du Québec seront alors confrontées à leur « première grosse tempête de neige » de l’hiver, ajoute la météorologue.

Des accumulations de 15 à 30 centimètres de neige sont ainsi attendues dans plusieurs régions du Québec situées le long du fleuve Saint-Laurent, incluant la Montérégie, le Centre-du-Québec, Lanaudière et les Laurentides. De 15 à 25 centimètres de neige sont aussi attendus à Montréal et dans ses environs.

Les vents forts risquent par ailleurs de causer de la poudrerie lundi et d’ainsi « réduire considérablement la visibilité » sur les routes, écrit Environnement Canada sur son site web. Des « répercussions importantes » sont ainsi à prévoir sur les déplacements aux heures de pointe lundi dans les zones urbaines de la province, en raison d’une accumulation rapide de neige. « C’est vraiment à prévoir ça lundi si on est sur la route », évoque Mme Filion.

«Si les gens peuvent éviter d’être sur les routes au moment où la neige et les vents sont les plus forts, ce serait une bonne idée », insiste-t-elle. CAA-Québec s’attend d’ailleurs à recevoir un nombre élevé de demandes de remorquages lundi, notamment en lien avec des enlisements. « C’est ce type de service là qui risque d’être sollicité », entrevoit Andrée-Ann Déry.

À temps pour la rentrée

Cette tempête de neige risque ainsi de complexifier le retour en classe en présentiel prévu lundi dans les écoles primaires et secondaires du Québec, à la suite d’un avis favorable émis par le directeur national de santé publique intérimaire, le Dr Luc Boileau.

La vague de froid qui sévit actuellement survient d’ailleurs quelques jours après celle remarquée en début de semaine dans la province, lorsque le mercure a chuté autour de moins 40 degrés Celsius dans certaines régions. Les températures moyennes du mois de janvier demeurent toutefois « dans les normales » pour l’instant, indique Mme Filion.

À voir en vidéo